Des bornes électriques spéciales " Paris 2024 "

Des bornes électriques spéciales " Paris 2024 "©Shutterstock, Media365
A lire aussi

, publié le 14 septembre

Paris et Enedis s'engagent en faveur de la décarbonation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. Des bornes électriques événementielles voient le jour dans la capitale et les sites partenaires.



L'objectif pour Paris 2024 est clair : diviser par deux les émissions de carbone par rapport aux deux éditions olympiques précédentes. Pour obtenir des « Jeux verts », l'organisation de Paris 2024 s'est associée au groupe Enedis pour installer des bornes électriques dites « événementielles ». Pour Georgina Grenon, Directrice de l'Excellence environnementale de Paris 2024, « c'est la solution que tout un secteur attendait pour être plus responsable en matière de l'énergie ». L'intérêt de ces bornes est d'offrir un réseau ponctuel de branchements, intégré au réseau urbain à destination des différents événements (concerts, défilés, meetings, régies TV...).

Six bornes à Paris

Le 19 avril dernier, Enedis installait les premières bornes électriques sur la place de la Concorde, qui accueillera des épreuves de BMX, skateboard, breaking et basketball 3x3. Au total, six bornes seront installées d'ici la fin de l'année 2023 sur le champ de Mars et la place du Trocadéro notamment. Installées sous la chaussée et rétractables, elles offrent un branchement temporaire et perdureront pour d'autres événements. Un héritage possible grâce au plan France 2030 de l'ADEME, soutenu par l'État.

300 villes partenaires

Grâce à ce dispositif, Paris 2024 vise une réduction des émissions de CO2 à 90 % et participe à une meilleure qualité de l'air. Mais Paris n'est pas la seule ville concernée par ce projet. Les villes dites « Terre de Jeux », c'est-à-dire les villes hôtes, les villes étapes du Relais de la Flamme ou les sites de célébration peuvent candidater jusqu'au 1er octobre pour bénéficier de cette installation. Au total, 300 villes sont concernées. Le coût du projet est pris en charge à 60 % par l'État. « La France doit être une référence au niveau international sur les transitions éco-énergétiques », comme l'a souligné l'organisation. Un enjeu de taille pour Paris 2024 qui débutera le 26 juillet 2024.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.