VOLKSWAGEN T-Roc 2.0 TSI 190 ch First Edition 4Motion DSG

Volkswagen T-Roc 2.0 TSI 190 ch First Edition

publié le 18 décembre

Volkswagen n'est pas réputé pour le design très personnel de ses réalisations. Aussi, lorsque l'on découvre le T-Roc, avec son hayon incliné façon SUV coupé, ses passages de roues proéminents et ses feux de jour hexagonaux, force est de reconnaitre que les designers de la marque se sont fait violence. Et le choc culturel se poursuit à bord avec des larges inserts aux couleurs vives, que les habitués de la marque pourront choisir dans des teintes plus neutres, et des plastiques... désespérément durs. Etrange puisque même la Polo met en avant sa planche de bord moussée à coeur. Original, le T-Roc l'est aussi par son positionnement. Comme l'Opel Mokka X ou son cousin, l'Audi Q2, il se place à mi-chemin entre les SUV urbains, type Renault Captur, et les compacts, façon Peugeot 3008. Face aux premiers, il offre ainsi une habitabilité généreuse, l'une des caractéristiques principales des modèles utilisant la plateforme MQB, et un coffre volumineux : 392 litres pour notre modèle d'essai mais 445 litres pour les versions à deux roues motrices. Il se distingue également par une offre mécanique plus haut perchée (jusqu'à 190 ch, en essence comme en diesel) et la possibilité d'opter pour la transmission intégrale.

Grain de folie

Avec ses 190 ch, le T-Roc mériterait, sur le papier, l'appellation GTI. Sa position de conduite, capable de s'adapter à tous les gabarits grâce à la généreuse ampleur de réglage du siège conducteur et de la colonne de direction, est toutefois trop haute pour que l'on retrouve les sensations de conduite d'une petite sportive. De toutes manières, même en basculant en mode Sport, les réglages de direction et les lois de passage de rapports de la boite DSG à 7 rapports, reste largement axés sur le confort de conduite. En revanche, lorsqu'il est couplé à l'amortissement piloté (1 440 €), ce système permet de supprimer quasiment toute amorce de roulis. Appréciable sur les routes sinueuses, surtout si l'on sollicite le 2.0 TSI, plein à tous les régimes (320 Nm délivrés en continue de 1 500 à 4 180 tr/mn).

Sur les grands axes, ce T-Roc séduit par tout autant par la souplesse de sa mécanique, le silence qui règne à bord et le confort qui reste acceptable malgré la présence, sur notre voiture d'essai, des jantes optionnelles de 19 pouces (640 euros).

Avis de la rédaction sur VOLKSWAGEN T-Roc 2.0 TSI 190 ch First Edition 4Motion DSG
15.3/20
Volkswagen n'a pas raté son entrée sur le segment des SUV citadins. Le T-Roc a de quoi en remontrer aux actuelles stars de la catégorie, Peugeot 2008 et Renault Captur en tête. Mais autant de qualités, cela se paie, et chez Volkswagen plus qu'ailleurs. Si le tarif de base de cette version de lancement, fixé à 33 890 €, est déjà plutôt conséquent, un détour par la liste des (alléchantes) options risque de faire exploser la note.
Equipement de sérieLigne personnelleConfort de conduite
Tarifs haut perchésPlastiques durs
Les chiffresPrix33 890 €Puissance190 ch à 6000 tr/min0 à 100km/h7.2 sConso mixte6.7 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite15/20Sécurité active et passive19/20Confort et vie à bord16/20Budget15/20

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
26 commentaires - VOLKSWAGEN T-Roc 2.0 TSI 190 ch First Edition 4Motion DSG
  • avatar
    fantazia -

    Le T-Roc est plus un clone d'Audi Q3 que d'Audi Q2 ... Le vrai clone de l'Audi Q2 (et du Seat Arona), le T-Cross arrivera fin 2018.

  • avatar
    mollecule -

    En ce moment 4 roues motrices seraient bien utile à un grand nombre et avec des pneus hiver, ce serait vraiment plus facile sur les routes de ces derniers jours...

  • avatar
    mollecule -

    En ce moment 4 roues motrices seraient bien utile à un grand nombre et avec des pneus hiver, ce serait vraiment plus facile sur les routes de ces derniers jours...

  • avatar
    fantazia -

    À quand la version multifuel comme la Golf 7 ?
    Puisqu'on ne peut plus rouler en gazole et que la consommation réelle d'un voiture essence est sans exagérer de 3l supérieure à celle annoncée ... pourquoi l'état (sous la pression des pétroliers) continue-t-il à bloquer la diffusion des versions multifuel/flex-fuel ? Alors qu'en Suède par exemple il existe de nombreux modèles, y compris voitures françaises, qui peuvent fonctionner avec toutes les essences y compris le E85 ... Quel est le problème ?

    avatar
    Arden56 -

    Le gasoil a augmenté, les voitures diesel aussi, les "essence" consomment au moins 3 litres de plus, les taxes rentrent plus vite, c'est l'écologie à la mode Bercy, et nous sommes tous tombés dans le panneau. Je regrette ma voiture diésel qui ne polluait pas plus que les essences, d'ailleurs nous n'allons pas tarder à réentendre parler de la couche d'ozone que les modèles essence détruisent, pas les diesels, ou moins, sans doute, pour justifier une augmentation de l'essence, on boucle la boucle

  • avatar
    nicolas2 -

    33890€ sans options pour la voiture du peuple vous repasserez. Elle a un look un peu moins triste que ses collègues d'écurie mais ce n'est pas la "kolossale" finesse non plus. Si l'on compare les chevaux annoncés et les consommations il faudra regarder de près le logiciel de contrôle du moteur aux allures du test homologué, ce n'est pas parce que les tricheurs se sont fait prendre une fois qu'ils ont renoncé, par contre l'astuce doit être beaucoup plus subtile. A moins que le prix ne provisionne une future amende...à suivre.

    avatar
    Arden56 -

    Mon épouse roule en Nissan Note 98 cv essence automatique, et elle consomme (sa voiture) au moins 8 litres au cent. Je pense que c'est plus de 3 litres de plus qu'une diesel... plus on consomme plus il y a de taxes, c'est ça l'écologie désormais. D'ailleurs les pics de pollution ont disparus comme par enchantement depuis que le diesel a augmenté, c'est tout dire, et nous nous sommes encore une fois bien fait avoir