PORSCHE 718 Spyder
Essai
07 septembre 2020
HONDA e Advance 17 pouces
Essai
27 juillet 2020
SEAT Mii Electric Plus
Essai
20 juillet 2020
SKODA Superb iV Sportline
Essai
16 juillet 2020
BMW X3 xDrive30e
Essai
06 juillet 2020
SEAT Leon 1.5 eTSI 150 ch
Essai
01 juillet 2020
BMW X1 xDrive25e
Essai
22 juin 2020

PORSCHE 911 (991) Speedster

Les photos de l'essai

publié le 30 décembre

C'est officiel : la dernière 911 type 991 est tombée des chaînes de production de l'usine de Zuffenhausen. Après 233 540 exemplaires produits (un record), il est tentant de faire un bilan ! Chaque génération de 911 a apporté son lot de ruptures technologiques. Pour la 991, ce fut le passage à une direction assistée électrique, au feeling réputé moins bon que celui d'une assistance hydraulique. Rétrospectivement, il faut reconnaître que Porsche a su maîtriser cette transition mieux que quiconque, si bien que la polémique est vite retombée. La 991, ce fut aussi le passage à la suralimentation à partir du restylage, un changement qui reste plus controversé. Les versions GT - à l'exception bien évidemment des GT2 - sont restées à l'écart de ce bouleversement. Et si elles ont renoncé au légendaire moteur Mezger, leurs « flat-six » atmosphériques ont néanmoins prouvé qu'ils étaient à la hauteur de cet héritage. Juste avant que le rideau ne tombe, voici donc la toute dernière des 991 GT : la Speedster. Version de production du concept-car présenté au salon de Paris 2018, c'est une série limitée ultra-exclusive, produite à seulement 1 948 exemplaires (dont une quarantaine pour la France) affichés la bagatelle de 273 095 € !

La machine à voyager dans le temps

La 911 Speedster, c'est avant tout un look. Un look à tomber, à la fois moderne et nostalgique, particulièrement lorsque l'auto se pare, comme notre modèle d'essai, du Pack Heritage Design, qui ajoute des logos dorés, une carrosserie bicolore ou encore un numéro (qu'il est possible de personnaliser) sur les portières et le capot. Sympa, mais à 21 816 €, ça fait cher de l'autocollant ! Pour le reste, Porsche a appliqué à la lettre la recette traditionnelle des Speedster depuis 1988, en rabaissant le pare-brise de 50 mm, en réduisant la surface des vitres latérales et en remplaçant les deux strapontins arrière par un double bossage du plus bel effet. Quant à la capote, elle est plus légère que celle d'une 911 Cabriolet classique et entièrement manuelle, à l'exception du verrouillage au sommet du pare-brise, qui reste électrique. La manoeuvre de ce couvre-chef reste cependant très simple. Une averse menace ? Il suffit d'appuyer sur un bouton pour libérer la capote et déverrouiller le couvre-capote, puis d'ouvrir ce dernier en tirant dessus. On replie ensuite la capote dans son logement, puis on remet le couvre-capote en place. L'opération ne prend guère plus de dix secondes et ne réclame aucun effort.

Mais la 911 Speedster ne se contente pas de soigner son look : elle a également surveillé son poids. Le couvre-capote, les ailes avant et le capot sont en carbone, tout comme les disques de frein. L'échappement en acier inoxydable a été pour sa part allégé de 10 kilos, malgré l'ajout de deux filtres à particules. Enfin, l'écusson sur le capot est un simple autocollant, et non une pièce de plastique ou de métal ! Au final, avec 1 465 kg à vide, la 911 Speedster n'accomplit pas de miracle, mais se rapproche d'un modèle à coque en carbone comme la McLaren 600LT Spider (1 404 kg). C'est d'autant plus méritoire que l'habitacle reste plutôt cossu, avec du cuir, un système d'info-divertissement complet (en option gratuite pour les obsédés de l'allègement !) et une finition toujours soignée. La position de conduite est parfaite, le volant juste à la bonne taille, et la rétrovision pas si mauvaise, même capote en place. Mais... que vois-je ? Trois pédales et un levier de vitesses avec la familière grille en double H ! Oui, la 911 Speedster est une voiture pour les puristes, et les puristes, c'est bien connu, ne jurent que par la bonne vieille boîte manuelle. Et la deuxième bonne nouvelle, c'est qu'il ne s'agit pas là de la transmission à 7 rapports des 911 ordinaires, au guidage perfectible, mais celle à 6 rapports réservée aux 911 GT. Et cette boîte-là est un modèle du genre : le levier glisse comme sur des rails, ses débattements sont réduits et ses verrouillages sont fermes, mais pas trop. Et pour couronner le tout, Porsche a même prévu une fonction « auto blip », qui donne automatiquement un petit coup de gaz au rétrogradage. Là encore, que les puristes se rassurent : ils peuvent la désactiver s'ils souhaitent faire le talon-pointe eux-mêmes.

Cette boîte parfaite est associée à un moteur d'anthologie. Il s'agit d'une version optimisée du 4.0 atmosphérique de la 911 GT3, qui a reçu, on l'a vu, deux filtres à particules afin de complaire aux dernières normes antipollution. Et pendant qu'ils y étaient, les motoristes en ont profité pour installer de nouveaux injecteurs offrant une pression plus élevée (jusqu'à 250 bar), mais aussi une admission redessinée intégrant un papillon de gaz par cylindre. Résultat, malgré les filtres supplémentaires, le « flat six » a gagné 10 ch : il en développe un total de 510, au régime stratosphérique de 8 400 tr/min. Quant au rupteur, il n'intervient pas avant... 9 000 tr/min ! Et si les filtres ont quelque peu muselé sa sonorité, il suffit d'appuyer sur le bouton de l'échappement sport pour que tout rentre dans l'ordre : la 911 Speedster émet alors un hurlement à mi-chemin entre la moto et la voiture de course, un son à réveiller les morts et à faire s'effondrer les tunnels ! Côté performances, le 0 à 100 km/h signé en 4 s pourra paraître médiocre par rapport au chrono d'une Lamborghini Huracan EVO Spyder (3,1 s) ou d'une McLaren 600LT Spider (2,9 s!), mais, une fois n'est pas coutume, cette Porsche ne s'intéresse pas au chronos : elle préfère soigner les sensations, et faire jouer la corde sensible chez les Porschistes les plus nostalgiques.

C'est vrai aussi du côté du châssis. La 911 Speedster s'offre bien quelques raffinements technologiques très modernes, comme l'amortissement piloté ou les roues arrière directrices, mais l'équilibre général évoque les Porsche « tout à l'arrière » d'antan, avec un train avant un peu léger qu'il ne faut pas hésiter à charger en entrée de virage. Franchement fermes à basse vitesse, les suspensions se révèlent heureusement parfaites lorsque le rythme s'accélère, ce qui permet d'attaquer sur petites routes en se riant des trous, bosses et ondulations. Contrairement à une GT3 RS, la 911 Speedster est en effet conçue pour être efficace et amusante dans la vraie vie, c'est à dire sur la route. Et pour couronner le tout, elle s'y révèle même étonnamment facile à vivre, avec en particulier des remous aérodynamiques bien maîtrisés sur autoroute et un coffre avant de 125 litres.

Avis de la rédaction sur PORSCHE 911 (991) Speedster
16.2/20
Intéressé par cette 911 Speedster ? C'est malheureusement trop tard pour vous rendre chez votre concessionnaire : malgré leur tarif exorbitant, les 1 948 exemplaires prévus sont déjà tous vendus depuis longtemps ! Leurs heureux propriétaires, qui en prennent livraison en ce moment même, peuvent se dire qu'ils profitent d'une auto aussi exclusive qu'enivrante à conduire, qui marie avec bonheur la technologie moderne à un délicieux parfum de nostalgie...
StyleMoteur et boîte d'anthologieSensations de conduiteComportement typéFinition soignéeCoffre préservé
Tarif exorbitantSuspensions fermes à basse vitesse
Les chiffresPrix273 095 €Puissance510 ch à 8400 tr/min0 à 100km/h4 sConso mixte13.8 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite15/20Sécurité active et passive15/20Confort et vie à bord14/20Budget7/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.