PEUGEOT Traveller Long 2.0 BlueHDi 180 ch Allure EAT6

publié le 11 juin

Les esprits chagrins rétorqueront qu'il ne s'agit que d'un utilitaire, en l'occurrence l'Expert, rhabillé. Il n'empêche que dans sa livrée haut de gamme, avec ses jantes alu de 17'', ses vitres surteintées et, dans le cas de notre modèle d'essai, sa teinte noir Onyx, le Traveller a de l'allure. S'il est fort peu probable que les possesseurs de 607, sans doute déjà passés à la concurrence depuis fort longtemps, soient séduits par son gabarit imposant et ses lignes cubiques, le Traveller offre une liste d'équipements technologiques aussi impressionnantes que celle de « vraies » voitures : projecteurs bi-xénon, clé mains libres, toit vitré, GPS, vision tête haute... avec l'option, gratuite, sièges individuels au second rang, il pourra même tailler quelques croupières aux finitions haut de gamme des équivalents Mercedes et Volkswagen, le tout assorti d'un tarif, bien que conséquent puisque fixé à 52 800 €, largement moins indigeste que celui des allemands.

Monospace ou limousine ?

Le Traveller donne à l'intérieur ce que son dessin laisse promettre. Il y a de l'espace à bord, beaucoup d'espace. Tous les passagers parviendront à caser sans peine leur tête et leurs jambes. Même leurs bagages seront à la fête : 1 060 l leur sont consacrés. En contrepartie, manier les 5,31 m de l'auto dans nos villes ne sera pas toujours chose aisée.

A l'avant, on grimpe dans le Traveller comme dans un utilitaire. Une marche permet d'accéder aux sièges mais s'agripper au volant n'est pas forcément accessoire. De même, la position de conduite est assez verticale, avec un volant disposé plus à plat que celui d'une berline ou d'un véritable monospace. Ce n'est pas très agréable et, au fil des kilomètres, cela accentue plutôt la fatigue. Sous les yeux des passagers avant, la planche de bord séduit par sa finition, soignée pour un modèle de cette catégorie. Les commandes de climatisation et de GPS tombent bien sous la main, et seule la commande de boite, rotatives, désarçonne de prime abord. Il ne faut toutefois qu'une poignée de minutes pour s'y faire et apprécier la douceur et la rapidité avec laquelle elle égraine les rapports, à la montée comme à la descente. En combinaison avec le 2.0 BlueHDi, fort ici de 180 ch et, surtout, de 400 Nm, on en oublierait presque les 1 900 kg à vide.

Malheureusement, pas question d'oublier que notre colonne vertébrale se compose de 33 (voire 34 chez certains d'entre nous) vertèbres. A chaque déformation, la sécheresse des suspensions, c'est surtout vrai pour celles de l'arrière, nous rappellent à quel point le Traveller ne prend pas la peine de les préserver autant que nos oreilles. Le niveau sonore est, en effet, très acceptable pour ce type de véhicule.

Avis de la rédaction sur PEUGEOT Traveller Long 2.0 BlueHDi 180 ch Allure EAT6
12.2/20
Malgré une présentation qui n'a rien d'indigne et un couple moteur/boite hautement recommandable, le Traveller ne peut totalement faire oublier ses origines « professionnelles ». Sont en cause, une position de conduite peu reposante et un confort souvent mis à mal. Mais pour qui regrette la disparition des grands monospaces, il constitue un plan B plus acceptable que la plupart de ses rivaux.
Espace à bordSilence de fonctionnement
Confort "utilitaire"Gabarit inadapté aux centres urbains
Les chiffresPrix51 800 €Puissance177 ch à 3750 tr/min0 à 100km/h9.8 sConso mixte5.9 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite12/20Sécurité active et passive12/20Confort et vie à bord16/20Budget16/20

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.