AUDI Q8 50TDI
Essai
01 octobre 2018
MERCEDES AMG C43 390 ch
Essai
24 septembre 2018
HONDA CR-V 1.5 i-VTEC 193 ch
Essai
17 septembre 2018
PORSCHE 911 Carrera T
Essai
03 septembre 2018
SEAT Leon Cupra R
Essai
30 juillet 2018
BMW X4 xDrive 30i
Essai
23 juillet 2018

PEUGEOT 508 (II) 2.0 BlueHDi 160 ch Allure EAT8

Les photos de l'essai

publié le 8 octobre

Après un début de carrière honorable, la 508 première du nom a rapidement vu ses ventes s'essouffler. Et avec elles, ses valeurs de revente en occasion, cruciales pour proposer des financements attractifs aux sociétés, principales acheteuses de berline familiale. Pour éviter cet écueil, et pour aller se frotter à des rivales plus prestigieuses, la nouvelle génération abandonne sa classique livrée tricorps pour les atours d'un coupé à 5 portes... comme la Volkswagen Arteon. Le décor est planté : la 508 veut en mettre plein la vue. Et le show se poursuit à l'intérieur avec une planche de bord épurée dotée d'un combiné d'instrumentation entièrement digital. Malheureusement, si les assemblages sont d'un très bon niveau, on remarque encore, çà et là, quelques matériaux encore indignes de la clientèle visée.

En décalage

Si, en haut de gamme, la 508 ne craint pas de proposer de superbes sièges sport habillés de cuir et d'Alcantara, des inserts en bois de Zebrano et des jantes de 18 pouces, cette livrée Allure, destinée à devenir l'un des best-sellers de la gamme, en jette un peu moins. Pour les sièges, c'est simili-cuir et tissu, les inserts de planche de bord imitent le carbone mais ne sont constitués que de plastique et les roues de 17 pouces font perdre pas mal en stature.

Si l'intérieur peut sembler triste, la conduite, elle, met plutôt en joie. Non pas à cause des performances, dans la moyenne avec cette mécanique de cœur de gamme, mais plutôt par le côté incisif du châssis. Que la route soit droite ou ondule au gré du relief, que le bitume soit lisse ou parsemé de nids de poule, la voiture se place toujours au millimètre. Les voitures à vivre, ce n'est pas pour Peugeot, pourtant, les suspensions se montrent prévenantes, même en l'absence de l'Active Suspension Control, facturée 1 000 €. Le petit volant à double méplat accentue les sensations de conduite et rappelle immanquablement les voitures de compétition. En matière de confort, impossible de ne pas mentionner la boite automatique. Elle égraine ses huit rapports sans à-coups et toujours à-propos, sauf lorsque l'on adopte une conduite dynamique, situation dans laquelle on peut lui reprocher un petit manque de réactivité.

Confiant en sa nouvelle-née, Peugeot propose des tarifs qui peuvent sembler ambitieux selon le point de vue que l'on adopte. Face à des familiales traditionnelles, telles que l'Opel Insignia Grand Sport et la Renault Talisman, elle peut sembler gourmande. Mais si on la place face aux Audi A5 Sportback et Volkswagen Arteon, alors elle semble faire preuve d'une certaine retenue financière. Proposé à 38 800 €, notre version d'essai aurait tout de même mérité une dotation un peu plus complète.

Avis de la rédaction sur PEUGEOT 508 (II) 2.0 BlueHDi 160 ch Allure EAT8
16.4/20
En se renouvelant totalement, la Peugeot 508 veut jouer la carte du charme, là où la plupart de ses rivales généralistes demeurent très conservatrices. Si ces choix pourraient bien séduire une nouvelle clientèle, ils feront aussi s'en détourner certains, tels que les taxis et VTC. La faute à une garde au toit aux places arrière insuffisantes pour des adultes. Pour envouter totalement, il lui manque également des mécaniques à la hauteur des promesses faites par son châssis.
DesignIntérieur et extérieurSoignéConfort en toutes circonstancesTarifPour un coupé 5 portes
TarifPour une berline familialeMécanique peu ambitieuseHabitabilité arrière
Les chiffresPrix38 800 €Puissance160 ch à 3750 tr/min0 à 100km/h8.4 sConso mixte4.5 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite16/20Sécurité active et passive16/20Confort et vie à bord15/20Budget16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.