AUDI Q3 (II) 45 TFSI
Essai
27 février 2019
BMW 330i (G20)
Essai
19 février 2019
KIA ProCeed GT DCT7
Essai
11 février 2019
HONDA CR-V Hybrid Exclusive 4WD
Essai
05 février 2019
HYUNDAI Nexo
Essai
21 janvier 2019
BMW i8 Roadster
Essai
14 janvier 2019
MERCEDES AMG GT 4 portes 63S
Essai
31 décembre 2018
SKODA Fabia 1.0 TSI 110 ch Style
Essai
17 décembre 2018

MERCEDES AMG GT 4 portes 63S

Les photos de l'essai

publié le 31 décembre

On n'en finit pas de multiplier le nombre de modèles chez Daimler, et ce, jusque dans la branche sportive Mercedes-AMG. Celle-ci vient d'accueillir son troisième modèle spécifique, après les SLS et GT : la GT Coupé 4 portes, que nous essayons ici dans sa version la plus musclée, la 63 S.

Surpuissance et élégance

Par le design de celle-ci, Mercedes-AMG tente de faire croire qu'elle est une version allongée de sa supersportive GT, qui a succédé à la SLS.

Par exemple, on remarque la calandre « shark nose », rappelant la 300 SL de 1953, récupérée aussi sur la GT à 2 portes restylée. La 4 portes se signale aussi par une ligne fast-back, des glaces latérales sans encadrement, ainsi qu'une ceinture de caisse très haute, limitant la surface vitrée. En revanche, les designers n'ont pas jugé bon d'escamoter les poignées de portes arrière. Ils tentent de se rattraper avec d'autres éléments de langage stylistique.

Dans l'habitacle, là encore, le design tend à se rapprocher de celui du coupé GT à deux portes, mais uniquement par la console centrale accueillant les commandes permettant de paramétrer la mécanique et le châssis. Et encore, ces touches sont-elles rectangulaires et non plus circulaires. Pour le reste, le tableau de bord de bord n'est autre que celui du CLS, l'autre grand coupé de Mercedes à 4 portes. Cela manque d'exclusivité.

Structurellement, la dernière-née profite de renforts, à l'avant en aluminium, et à l'arrière un bac de roue de secours en plastique renforcé de fibre de carbone. Cet élément est crucial pour la rigidité de la caisse, certainement mise à mal par le hayon arrière. Le tout a été développé chez AMG, à Affalterbach.

Côté trains roulants, pas de nouveauté : on retrouve ceux des Classe E et CLS, à savoir un système à 4 bras à l'avant, et un essieu à 5 bras à l'arrière. En ce qui concerne suspension proprement dite, la GT 63 S a droit à un dispositif pneumatique à 3 chambres piloté en continu. Elle l'agrémente de roues arrière directrices, commandées par des actuateurs électriques, principe similaire à celui du Four Control de Renault. Mais le morceau de choix de cette AMG se situe sous le capot. En l'occurrence, le V8 4,0 l biturbo M177, poussé ici à 639 ch pour 900 Nm de couple. Excusez du peu ! C'est le bloc le plus puissant utilisé actuellement chez AMG !

Autre privilège de la 63S, la boîte automatique à 9 rapports MCT, qui remplace le convertisseur hydraulique des versions 6-cylindres par une série de disques d'embrayages humides. Pourquoi un tel système ? Parce qu'il se révèle bien plus léger et réactif, ce qui sied bien à la 63S, pensée comme une hypersportive. Cela se paye par une moindre douceur de fonctionnement, sans ce que cela devienne rédhibitoire. Elle est aussi la seule à s'équiper d'un différentiel arrière piloté à glissement limité, mais aussi de roues arrière directrices. Relativement simple, il se compose d'actuateurs électriques montés sur l'essieu arrière. La puissance est envoyée aux 4 roues, de façon variable en continu grâce à la transmission intégrale 4 Matic +. Par défaut, tout le couple part sur l'arrière, c'est donc une propulsion au moins de façon temporaire, et en cas de besoin, il peut être rebasculé jusqu'à hauteur de 50 % à l'avant.

Sur route, le mode Sport préserve le... confort au prix de quelques mouvements de caisse, aussi est-ce le Sport + le plus plaisant, car là, la boîte et le moteur se révèlent plus réactifs, alors que la suspension ne durcit que peu, la note à l'échappement devenant plus rauque et plaisante. Et, évidemment, quand on écrase l'accélérateur, le V8 explose de rage, après un léger temps de réponse. La 63 S marche fort, très fort, franchissant sans effort apparent les 300 km/h. De quoi terroriser pas mal de supercars ! En manuel, la boîte ne change pas de rapport une fois qu'on est au rupteur situé à 7 000 tr/mn. Si on la laisse faire, elle enclenche instantanément le pignon supérieur au moment où on y pense, tout en ponctuant les rétrogradages de coups de gaz. Jouissif ! Dans le sinueux, la 63S se manie avec un minimum d'actions sur le volant, l'avant s'inscrit imperturbablement, l'arrière enroule. L'auto est agile, sûre, ultra-efficace et presque impossible à prendre en défaut. C'en limite ennuyeux. Pourquoi ? Parce qu'en entrant en virage sur les freins, on aimerait sentir l'arrière se délester, phénomène que les roues directrices corrigent.

Malheureusement, la 63S manque de confort. En effet, même en mode Confort, la filtration des aspérités demeure perfectible, alors que sur revêtement abrasif, les bruits de roulement sont trop importants. On note également l'apparition de rossignols sur mauvaise route, un comble pour une auto aussi chère. Car à 170 500 €, plus de 10 500 € de malus, l'AMG GT 63 S fait pas de cadeaux. C'est embêtant, car des rivales tout aussi performantes, comme la Tesla Model S P100D, permettent d'économiser quelques dizaines de milliers d'euros...

Avis de la rédaction sur MERCEDES AMG GT 4 portes 63S
13.5/20
Entre la puissance exceptionnelle, la motricité totale, le grip considérable, l'agilité certaine en virage et la polyvalence avérée, la 63S semble une réussite intégrale. Seulement, elle manque de confort et de tactilité, flattant plus les performances que les sens. Pour sa part, alors qu'elle est annoncée à 11,7 l/100 km, la consommation moyenne ne tombe que difficilement sous les 15 l/100 km. Aussi, on se dit qu'à 170 500 €, cette AMG, qui ne transcende pas la somme de ses éléments, est trop chère. Une Tesla P100D marche au moins aussi fort jusqu'à 200 km/h pour 44 000 € de moins, alors qu'une E 63S (612 ch), à la technologie quasi identique, offre des prestations similaires pour 134 500 €.
Ensemble moteur/boîte remarquablePerformances exceptionnellesChâssis extrêmement efficacePolyvalence
Manque de confortChâssis et volant peu communicatifsBruits de finitionConsommation sous-évaluéePrix trop élevé
Les chiffresPrix170 500 €Puissance639 ch à 5500 tr/min0 à 100km/h3.2 sConso mixte11.3 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite17/20Sécurité active et passive19/20Confort et vie à bord13/20Budget9/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.