PEUGEOT e-208 GT
Essai
12 novembre 2019
TOYOTA CH-R 2.0 Hybrid
Essai
05 novembre 2019
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
Essai
11 octobre 2019
BMW M135i xDrive (F40)
Essai
03 octobre 2019
SKODA Kamiq 1.0 TSI 116 ch
Essai
30 septembre 2019
ASTON MARTIN DBS Superleggera
Essai
17 septembre 2019
MERCEDES A35 AMG 4 Matic
Essai
08 septembre 2019
MERCEDES AMG GT-R
Essai
30 juillet 2019
VOLKSWAGEN Passat SW GTE
Essai
25 juillet 2019

MERCEDES A35 AMG 4 Matic

Les photos de l'essai

publié le 8 septembre

Pour rester sur la voie du succès, la Mercedes Classe A a dû changer de logiciel en 2012. Exit le minispace astucieux, place à une compacte premium, de conception banale. La dernière génération, présentée l'an dernier, reste sur le même concept et se décline depuis décembre en une très puissante version A35 AMG, en attendant la 45.

Mi-fugue, mi-raison

Avec son 2,0 l turbo de 306 ch attelé à une transmission intégrale, l'A35, ne demande que 4,7 s pour franchir les 100 km/h. En gros, un chrono de Ferrari 360 Modena ! L'allemande reçoit d'office une boîte à double embrayage totalisant sept rapports, pour exploiter au mieux non seulement la cavalerie respectable mais aussi le couple plantureux de 400 Nm. Celui-ci, en cas de besoin, peut se répartir jusqu'à 50 % sur le train arrière. Côté trains roulants, les schémas de l'ancien modèle sont reconduits : jambes McPherson à l'avant et à l'arrière un essieu à 4 bras, le tout suspendu par des ressorts hélicoïdaux, les amortisseurs pilotés restant en option. Classique et sain.

En réalité, c'est dans l'habitacle que la Classe A change le plus. En effet, elle se pare en guise de combiné d'instruments d'une immense dalle, qui fait briller les yeux des jeunes... et des moins jeunes. On a le choix entre plusieurs affichages de cadrans, alors que tactile, la partie droite affiche les données du GPS et du système multimédia. La nuit, l'éclairage en met plein les mirettes, puisque même les aérateurs ont droit à leurs loupiottes. Si cet ensemble s'avère très flatteur, la finition l'est moins. Ennuyeux vu le prix de plus de 50 000 €...

En supplément (2 650 €), les baquets Advanced Performance AMG de notre A35 sont d'un inconfort total si on n'est pas un jockey. Heureusement, avec le changement de génération, la suspension a énormément progressé, gagnant en souplesse sans compromettre ses qualités routières. Bien amortie d'origine, la Mercedes maintient ainsi aisément sa trajectoire même si la voie est bosselée. Dotée d'un grip remarquable et d'une motricité sans faille, la Classe A repousse très loin les limites du sous-virage, et quand celui-ci intervient, il suffit de lever le pied. L'arrière se place alors très agréablement, au bénéfice de l'agilité. Cerise sur le gâteau, la direction a bien évolué elle aussi, conciliant bon feeling et plaisante consistance, surtout en modes Sport et Sport+. Malheureusement, les aides à la conduite sont très intrusives !

Pour sa part, le moteur marche très fort, presque autant que le 360 ch de l'ancienne A45, dans une sonorité rauque sympathique, mais rupte tôt, à 6 500 tr/mn. Pas grave, la boîte passe le rapport supérieur en un éclair, d'elle-même ou via la palette de droite, et rétrograde bien plus volontiers que sur l'ancienne A45. Quant au freinage, il est surpuissant et facile à moduler. En somme, l'A35 est aussi à l'aise sur autoroute que dans les routes sinueuses, et en ville. Le tout en consommant raisonnablement, 8,5 l/100 km en moyenne.

En résumé, la mercedes A35 AMG est une petite GT très homogène et efficace, qui ne s'adresse pas à la même clientèle que l'A45 AMG, forte de 421 ch...

Avis de la rédaction sur MERCEDES A35 AMG 4 Matic
14.9/20
La Mercedes A35 AMG n'est pas un simple avant-goût de l'A45, forte de 421 ch, mais une petite GT très homogène s'adressant à une clientèle différente. Performante et efficace, elle prodigue un grand niveau de sécurité tout en se montrant joueuse si on la provoque. Bref, l'agrément de conduite est réel, surtout que la suspension filtre bien les inégalités sans compromettre l'efficacité dynamique. Les geeks apprécieront la grande dalle numérique qui orne la planche de bord, alors que la présentation en met plein les yeux. Malheureusement, elle ne fait pas oublier une finition très moyenne, alors que les baquets optionnels sont d'un inconfort rare si l'on est d'un gabarit un peu imposant. Et les aides à la conduite sont mal calibrées. Enfin, le prix est certes élevé, mais une Audi S3 Sportback s'affiche 5 000 € plus cher...
Amortissement réussiComportement efficaceMoteur performantConsommation raisonnableFreinage puissantBoîte très viveDalle numérique impressionnante
Ergonomie parfois complexeAides à la conduite mal calibréesFinition moyenneSièges baquets optionnels très inconfortablesPrix élevé
Les chiffresPrix50 750 €Puissance306 ch à 5800 tr/min0 à 100km/h4.7 sConso mixte7.3 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite18/20Sécurité active et passive17/20Confort et vie à bord12/20Budget12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.