KIA RIO 1.0 T-GDi MHEV 120CH

Les photos de l'essai

, publié le 18 janvier

Des boucliers plus sportifs et une calandre affinée, voilà ce qui distingue, au premier coup d'œil, la version restylée de la Rio. Un peu léger me direz-vous, d'autant que la lecture de la fiche technique ne laisse guère deviner d'autres évolutions, puisque l'on y retrouve les 1.2 84 ch et 1.0 T-GDI de 100 et 120 ch. Pourtant, concernant ces deux derniers, l'apposition de quatre lettres, MHEV pour Mild Hybrid Electric Vehicle, mérite que l'on s'intéresse à eux. Livrée de série sur le bloc le plus puissant, cette technologie, que l'on appelle hybridation légère en bon français, se compose d'un alterno-démarreur de 48V. Selon Kia, outre le couple maximal qui passe à 200 Nm, cela permet également de faire baisser les consommations. D'autant que cette version voit apparaitre, en parallèle, la boite de vitesses manuelle iBVM dont l'embrayage électronique permet également de réduire l'appétit de cette coréenne.

Evolution intermédiaire

Si ces évolutions sont alléchantes sur le papier, le premier contact avec cette nouvelle Rio déçoit quelque peu. L'auto parait toujours aussi discrète et même, en ce qui concerne son habitacle, un peu triste. L'espace dédié aux occupants n'est toujours pas particulièrement généreux et le volume de coffre reste toujours, avec 325 l, dans la moyenne basse du segment.

Pourtant, les premiers kilomètres font radicalement changer d'avis sur cette auto. D'abord parce que son trois cylindres Turbo se révèle bien plus discret que son prédécesseur. L'apport de l'hybridation lui permet également de se montrer plus vivace avec une demi-seconde gagnée sur le 0 à 100 km/h et, surtout, une impression d'être en prise plus directe avec la mécanique. Cette impression provient de la commande d'embrayage, qui réduit quasiment à néant le patinage. Et comme le châssis s'avère plutôt vif, les sensations de conduite sont bien présentes. Un commentaire que l'on accorde rarement à une Kia. Côté consommation, les promesses de la marque sont également tenues puisque l'on parvient, sans peine, à rester sous la barre des 6 l/100 km en conduite raisonnable. Si l'on profite au maximum du caractère mécanique de l'auto, il faudra toutefois davantage compter sur 7,5 l/100 km, ce qui reste tout à fait raisonnable.

Si la partie mécanique progresse notablement par rapport à la précédente version, il n'en est toutefois pas de même avec le confort, à cause d'un amortissement trop ferme sur revêtement dégradé. Nous regrettons également que Kia ait profité de ce restylage pour gonfler fortement les tarifs, avec une hausse de 1 400 € sur la version de notre essai.

Avis de la rédaction sur KIA RIO 1.0 T-GDi MHEV 120CH
13.6/20
Sans doute trop discret, le restylage de la Kia Rio ne l'aidera sans doute pas à sortir de l'anonymat. Dommage, car ses qualités sont, plus que jamais, réelles, notamment sur le plan mécanique. A moins que ses tarifs, toujours concurrentiels malgré leur forte hausse, ne suffisent à emporter le cœur des pragmatiques.
Mécanique enthousiasmanteComportement routier enjouéTarifs serrés
Restylage invisibleCoffre limitéConfort pas toujours irréprochable
Les chiffresPrix21 190 €Puissance120 ch à 6000 tr/min0 à 100km/h10.2 sConso mixte5.5 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite15/20Sécurité active et passive16/20Confort et vie à bord14/20Budget15/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.