HYUNDAI i20 N

Les photos de l'essai
HYUNDAI i20 N
17
Diaporama

, publié le 13 septembre

La Hyundai i20N est sans doute une GTI comme on n'en fait plus, c'est surtout une GTI comme on en a peu fait. Hyundai a en effet joué la carte de la radicalité sur sa citadine sportive et ce n'est pas pour nous déplaire.

L’âme vaillante

Côté extravagance, on est servis. Le toit noir qui se termine sur un large aileron, la lame et les bas de caisse rouge, la teinte Blue Performance et les gros étriers de frein rouge dans les jantes de 18 pouces interdisent toute discrétion.

À l'intérieur, en revanche, la i20N pourrait presque ressembler à toutes les autres, mais c'est sans compter sur des baquets au maintien parfait, un pédalier et un cale-pied alu et un gros bouton rouge sur le volant à la jante gainée de cuir.

Une seule finition et un seul niveau d'équipement au demeurant très complet : la seule extravagance que pourra se permettre l'acquéreur, c'est le choix d'une peinture parmi les quatre teintes proposées.

Sous le capot, le quatre cylindres T-GDI de 1,6 litres (204 chevaux et 275 Nm de couple maxi) est couplé à une boîte manuelle à six rapports. Chose rare, la transmission aux roues avant bénéficie d'un différentiel mécanique à glissement limité. Sur le papier, cette mécanique modeste ferait presque petit joueur. Mais ce préjugé ne dure pas bien longtemps.

Dès la mise à feu, on se met dans l'ambiance. Le son généreusement rauque qui se propage jusque dans l'habitacle n'est pas celui d'un artifice électronique, mais bien produit par l'ouverture d'un clapet sur la ligne d'échappement.

Une pression sur le volant permet d'activer le diabolique mode N, comme Nürburgring.

Le niveau de personnalisation autorisé est époustouflant. Ouverture du clapet, réponse à la pédale, choix du régime moteur pour suggérer le changement de rapport, activation automatique du mode N en présence de virages… du jamais vu à ce niveau de gamme. Ultime raffinement : il est même possible de régler le régime moteur du launch control.

Même sans être pilote, impossible de rester indifférent.

Sur la route, la i20N ne fait pas semblant non plus. Les sensations commencent dès l'accélération, avec un zéro à 100 enroulé en un peu plus de 6 secondes. La suspension aussi raide que parfaitement réglée renvoie absolument tout dans le postérieur des occupants. Le mode N implique aussi d'avoir une bonne poigne : la direction est exagérément raffermie, mais elle reste communicative. De la poigne, il en faut aussi pour la boîte de vitesse et son verrouillage viril. Le différentiel à glissement limité qui autorise une remise des gaz anticipée en sortie de courbe génère quant à lui de belles sensations de pilotage.

On pourra toutefois reprocher à la Hyundai un rayon de braquage trop important et une trop grande linéarité du 4 cylindres turbo. Mais sa vaste courbe de couple est aussi ce qui permet à la i20N de se comporter avec beaucoup de souplesse en ville et d'afficher des données de consommation très raisonnables. On ne peut pas tout avoir.

À un peu plus de 29 000 euros, malus compris, peu d'autos offrent un tel rapport efficacité/prix. Profitez-en : ce genre de machine est en voie d'extinction.

Avis de la rédaction sur HYUNDAI i20 N
16.6/20
Les choix se font rares pour les amateurs de petites sportives dignes de ce qualificatif. La proposition de Hyundai, avec sa mise au point radicale et sa tarification raisonnable vient bousculer le règne de la Fiesta ST. La marque qui nous avait déjà fait fort bonne impression avec la compacte i30N voici trois ans réitère donc avec la i20N.
Le parti prix résolument sportifConsommation maitrisée en conduite civiliséÉquipement complet
Rayon de braquageMoteur linéaire
Les chiffresPrix27 800 €Puissance204 ch à 5500 tr/min0 à 100km/h6.2 sConso mixteN/C
Notes de la rédactionAgrément de conduite16/20Sécurité active et passive17/20Confort et vie à bord14/20Budget17/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.