FORD MUSTANG Mach 1

Les photos de l'essai

, publié le 11 octobre

Exhumer un glorieux nom du passé est devenu monnaie courante en automobile. Une pratique encensée par les marques, mais souvent décriée par une partie de l'audience, pointant du doigt une vulgaire pratique marketing. Le risque de voir ternir l'image d'un nom reconnu a de quoi inquiéter certains puristes. Mais Ford semble habilement maîtriser cet art, insufflant à certaines de ses nouveautés un doux parfum nostalgique. C'est d'ailleurs la Mustang qui a le plus profité. D'abord avec une version Bullitt chaleureusement accueillie par le public, puis avec cette nouvelle Mach 1 qui vient se poser comme le haut de gamme de la muscle car américaine, du moins sur notre marché.

Un nom, mais pas que.

Pour les amateurs du genre, Mach 1 renvoie à une toute autre période, puisque ce patronyme est apparu dès 1969, peu après le lancement de la Mustang. Une déclinaison réservée aux carrosseries Fastback et qui profite essentiellement à l'allure, reconnaissable à son regard orné de feux additionnels, et d'imposants stickers noirs courant sur le capot et les flancs. Et c'est à peu près tout. Et si l'originelle Mach 1 misait avant tout sur son plumage, la nouvelle venue capitalise également sur un ramage plus alléchant. Ford la présente même comme la plus efficace et la plus track ready des Mustang. Une annonce un peu facile, sur un marché ou la radicale GT350 (526 ch) et la tonitruante GT500 (720 ch !), n'ont pas le droit de citer.

Toujours est-il que cette Mustang Mach 1 cru 2021 profite de menues améliorations censées la rendre plus européenne dans l'âme. Comprenez rigoureuse, pertinente et efficace. Sous le capot, l'imposant V8 de 5.0 ne gagne que 10 ch pour culminer à 460 ch. Un gain de puissance permis par une admission d'air à la taille conséquente. Mais plus que la puissance pure, c'est sa sonorité, diabolique, effrayante, qui continue de réjouir. Un organe qui profite ici d'une ligne d'échappement revue pour déployer ses vocalises. Jouissif par les temps qui courent. Pour le reste, le châssis bénéficie de réglages revus (amortisseurs et barres antiroulis plus fermes, suspension pilotée reconfigurée, assistance de direction allégée), le tout enrobé dans une parure à l'aérodynamisme peaufiné.

Que de l'esbrouffe cette Mach 1 ? Pas vraiment. Si cette dernière génération de Mustang avait déjà prouvé qu'une muscle car pouvait aussi dignement négocier un virage, cette ultime déclinaison va encore plus loin. Si la direction, peu informative et trop démultipliée n'aide pas la précision de conduite, l'équilibre globale de l'auto démontre un certain savoir-faire. Franche en entrée de virage, fermement campée sur ses appuis et loin d'être débordée par la fougue de son V8 à la remise des gaz, cette Mach 1 affiche une belle maturité. Héritage d'une cousine autrement plus démonstrative, la transmission manuelle Tremec est reprise à la GT350. Un maniement aux débattements plus courts et – il est vrai – moins rapide que celui des versions GT classiques, mais qui participent à l'ambiance générale de cette ricaine pur jus, qui sait encore faire de vous un grand enfant. Que dire du fameux mode Dragster, censé chauffé les pneus arrière grâce à un énorme burn réalisé sur place, mais surtout utilisé pour épater les copains ? Elle est là, la grande force de cette Mustang. Sans la moindre ambiguïté sur ses réelles capacités, et consciente de ses – charmantes – lacunes face à ses rivales européennes vendues deux fois plus chères, l'américaine continue de charmer, sans jamais démériter. Et si Mach 1 évoque pour les puristes ce qui peut se faire de mieux en matière de « Mustang raisonnable », alors cette nouvelle interprétation en mérite l'appellation. Reste à passer le cap du malus. Car si la Mustang avance un énorme avantage financier avec ses 62 400 €, (une BMW M4 ne descend pas sous les 100 000 €), les 30 000 € réclamés par l'état augmentent le prix de 50 %... Dévastateur.

Avis de la rédaction sur FORD MUSTANG Mach 1
14.9/20
Les quelque améliorations pertinentes apportées à cette Mustang Mach 1 lui ont permis de se détâcher de l'image des muscle car américaines, peu engageantes à conduire. Mais ici, performances, efficacité et freinage lui permettent de garder la tête haute face aux rivales européennes.
Hargne et sonortié du moteurFreinage et efficacité du châssis
50 % du tarif en malusDirection floueArrière finalement peu joueur
Les chiffresPrix62 400 €Puissance460 ch à 7250 tr/min0 à 100km/h4.8 sConso mixteN/C
Notes de la rédactionAgrément de conduite14/20Sécurité active et passive17/20Confort et vie à bord14/20Budget15/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.