CITROEN C4 Cactus 1.2 PureTech 130 ch

Les photos de l'essai

publié le 13 mars

Entre un C3 Aircross plus apte à concurrencer les Peugeot 2008 et Renault Captur, et une berline C4 vieillissante, le C4 Cactus se trouvait dans une situation inconfortable au sein d'une gamme en pleine réorganisation. Ni une, ni deux, les têtes pensantes de la marque lui offrent un restylage destiné à le faire monter en gamme... et à prendre la place de la C4, dont la production s'arrêtera en mai.

Promesse tenue ?

Si l'allure générale reste la même, l'intégration de la nouvelle calandre Citroën, qui court d'un feu de jour à l'autre, et la disparition presque totale des Airbumps mettent ce modèle en adéquation avec les dernières réalisations de la marque. Le plus important n'est toutefois pas visible. Pour la première fois sur un modèle de série en Europe (le C5 Aircross vendu en Chine y a déjà droit), on trouve les suspensions avec butées hydrauliques progressives, censées refaire de Citroën le maitre incontesté du confort. Si l'on croit le constructeur, ce dispositif a deux effets positifs en ce domaine. A basse vitesse, il procurerait un effet « tapis volant », tandis qu'à vive allure, il permettrait un contrôle plus progressif des mouvements de suspensions et éviterait l'effet « butée » en fin de course sur les grosses déformations. Disons le franchement, nous n'avons été qu'à moitié convaincu. Si, au-delà de 80 km/h, l'effet progressif de la suspension se ressent immanquablement et évite à la voiture de s'écraser dans les courbes ou sur les nids de poule, le fameux effet « tapis volant » à basse vitesse ressemble davantage à une sensation de « bateau qui tangue ». Le moindre ralentisseur fait s'onduler la voiture. Certes, cela préserve très efficacement les vertèbres, mais, pour les plus sensibles, le mal de mer n'est pas loin.

Pour accompagner son repositionnement, le C4 Cactus complète sa gamme de motorisations vers le haut avec l'arrivée de la déclinaison 130 du 1.2 PureTech. Un moteur qui fait déjà preuve de bonne volonté dans tous les modèles dans lequel il prend place, mais qui profite ici d'un coup de pouce supplémentaire, le poids très contenu (1 045 kg) de la voiture. Ainsi, malgré une transmission aux réglages longs, les dépassements ne sont qu'une formalité. Et les consommations profitent largement de cette faible masse. Lors de notre essai, mené en majorité sur des routes de moyennes montagne, l'ordinateur de bord indiquait un appétit compris entre 5,8 et 6,1 l/100 km. En revanche, ce poids plume à un prix : celui d'une insonorisation légère. Lors des accélérations, le niveau sonore est proche de celui d'un diesel.

Avis de la rédaction sur CITROEN C4 Cactus 1.2 PureTech 130 ch
14/20
Les évolutions apportées au C4 Cactus vont dans le bon sens, mais elles ne convainquent toutefois qu'à moitié. Surtout, les tares inhérentes à sa conception initiale (vitres arrière fixes, insonorisation de piètre qualité...) l'empêchent de rivaliser avec le gratin des berlines compactes. Mais ses tarifs sont largement inférieurs à ceux de ces dernières (2 000 € à 3 000 € de moins pour notre version d'essai). Financièrement, elle se retrouve alors face à des modèles plus « rustiques » tels que la Fiat Tipo. Et là, elle a assurément une carte à jouer.
Confort à haute vitesseHabitabilitéPrix
Confort moyen à basse vitesseChoix de conception difficile à justifier
Les chiffresPrix21 150 €Puissance131 ch à 5500 tr/min0 à 100km/h9.1 sConso mixte4.8 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite14/20Sécurité active et passive16/20Confort et vie à bord15/20Budget17/20

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU