MINI Clubman JCW 306 ch
Essai
25 novembre 2019
BMW 840d xDrive Gran Coupé
Essai
18 novembre 2019
PEUGEOT e-208 GT
Essai
12 novembre 2019
TOYOTA CH-R 2.0 Hybrid
Essai
05 novembre 2019
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
Essai
11 octobre 2019
BMW M135i xDrive (F40)
Essai
03 octobre 2019
SKODA Kamiq 1.0 TSI 116 ch
Essai
30 septembre 2019
ASTON MARTIN DBS Superleggera
Essai
17 septembre 2019

AUDI TTS Coupé

Les photos de l'essai
AUDI TTS Coupé
21

publié le 29 avril

L'Audi TT a fêté ses 20 ans en octobre dernier, mais cet anniversaire avait un arrière-goût un peu amer. En effet, le coupé aux Anneaux ne fait plus vraiment recette. Si ses ventes ont culminé à plus de 38 000 unités en Europe en 2007 (première année pleine de commercialisation du TT de deuxième génération), elles n'ont cessé de s'effriter depuis. Et le lancement du troisième opus, en 2014, n'a que momentanément inversé la tendance : l'an dernier, les immatriculations sont passées sous la barre des 10 000 exemplaires. À tel point que l'existence même de l'Audi TT sous cette forme apparaît compromise. L'équilibre économique du projet est en effet rendu très précaire par sa coûteuse plate-forme spécifique, constituée à plus des deux tiers d'aluminium, et qui n'est utilisée par aucun autre modèle du groupe Volkswagen. À l'heure où le géant allemand cherche à tout rationaliser, le TT fait donc figure d'intrus. En attendant que son futur soit décidé - un futur qui sera selon toute vraisemblance placé sous le signe de l'électrification - Audi lui a tout de même octroyé une petite mise à niveau.

Service minimum

On n'ose parler de restylage, tant les évolutions esthétiques sont archi-subtiles. La calandre a été légèrement remaniée, tout comme les ouïes du bouclier avant, les jupes latérales sont plus marquées et... c'est tout. Ah non, pardon : il y a aussi trois nouvelles teintes au catalogue ! Dans l'habitacle, c'est encore plus simple, puisque strictement rien n'a changé. En même temps, la présentation intérieure n'avait pas pris une ride. La planche de bord apparaît toujours aussi élégante et épurée, notamment grâce à l'absence d'écran central, toutes les fonctions d'info-divertissement et de navigation étant regroupées sur l'instrumentation numérique. La finition est excellente, l'équipement de série correct et le TT offre même deux places d'appoint à l'arrière pour des enfants. Alors certes, l'ergonomie du Virtual Cockpit réclame un temps d'adaptation, et on préférerait avoir une molette plutôt qu'un bouton pour sélectionner les modes de conduite du Drive Select. Mais on reste là dans le domaine du détail.

Quatre motorisations sont proposées au catalogue. Si le TT RS conserve son 5-cylindres en ligne de 400 ch, les 4-cylindres 2.0 TFSI sont remaniés et reçoivent tous un filtre à particules. La version 230 ch passe à 245 ch (traction ou Quattro, boîte manuelle ou S tronic) et une variante de 197 ch apparaît en entrée de gamme (uniquement en S tronic et traction). Quant au TTS qui nous intéresse, il passe de 310 à... 306 ch, mais gagne 20 Nm de couple (400 Nm au total). Au final, et malgré un poids en hausse de 20 kilos, Audi annonce un dixième de mieux sur le 0 à 100 km/h, exercice que le nouveau TTS boucle en 4,5 s grâce à un « launch control » plutôt efficace. La vitesse maxi est quant à elle limitée électroniquement à 250 km/h. Des performances amplement suffisantes, le petit coupé ne manquant vraiment pas de punch ! En revanche, on a connu le 2.0 TFSI un peu plus plaisant à l'oreille : à bord du TTS, il émet une sonorité assez quelconque. Il est obligatoirement couplé à une boite S tronic à 7 rapports douce et au pilotage plutôt convaincant en mode automatique, mais qui refuse un peu trop souvent le rétrogradage en mode séquentiel. Bref, les résultats sont là, mais l'ensemble pourrait être un peu plus affûté.

Affûté, le châssis l'est, incontestablement. Il faut dire que le TTS met le paquet : transmission intégrale Quattro, bien sûr, mais aussi amortissement piloté Magnetic Ride, blocage électronique de différentiel et pneus de 245 de large. Du coup, l'Audi affiche un niveau de grip élevé, et passe très fort en courbe. Parfaitement verrouillé sur sa trajectoire, le TTS offre une efficacité très accessible, et par tous les temps. Mais on pourra aussi le trouver un peu unidimensionnel dans le plaisir qu'il offre : le TTS vous centrifuge dans les virages, mais paradoxalement, derrière le volant, il ne se passe pas grand-chose ! La direction est précise, mais un peu muette, tandis que le train arrière est totalement verrouillé. Efficace, donc, mais peut-être aussi un brin ennuyeux à la longue.

Avis de la rédaction sur AUDI TTS Coupé
14.6/20
Pris isolément, l'Audi TTS ne manque pas de charme, avec son look toujours séduisant, sa présentation intérieure cossue, ses performances élevées et son châssis ventousé au bitume. Mais la concurrence n'est pas restée inactive : à des tarifs similaires, on trouve désormais une Alpine A110 aussi rapide mais beaucoup plus ludique, ou une Porsche 718 Cayman à la fois plus efficace et plus confortable. Et si l'on aime les belles mécaniques, le nouveau BMW Z4 M40i offre son mélodieux 6-cylindres. En économisant ses efforts, l'Audi TT fait du sur-place... et se laisse rattraper par ses rivales.
Efficacité du châssisPerformancesFacilité de conduitePrésentation intérieure flatteuse2+2 places
Sonorité mécanique quelconquePlaces arrière exiguësComportement routier peu ludiqueBoîte un peu rétive en mode séquentiel
Les chiffresPrix62 900 €Puissance306 ch à 5400 tr/min0 à 100km/h4.5 sConso mixte7.1 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite15/20Sécurité active et passive15/20Confort et vie à bord15/20Budget11/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.