AUDI S3 Sportback

AUDI S3 Sportback©D.R.
Les photos de l'essai

, publié le 8 mars

On sous-estime sans doute l'importance qu'a eu l'Audi A3 dans l'histoire automobile récente. En effet, c'est avec ce modèle qu'est né le concept de compacte « premium » à part entière, loin des tentatives maladroites de BMW avec ses Série 3 Compact. Sobre et chic, mais partageant ses dessous avec la Volkswagen Golf histoire de limiter les coûts de développement, l'A3 est vite devenue la poule aux œufs d'or d'Audi... d'autant que la concurrence tardera à réagir. Apparue en 1996, l'A3 restera ainsi seule sur son segment jusqu'en 2004, date de lancement de la première BMW Série 1. Idem pour la variante sportive S3, apparue en 1999 et qui ne verra débarquer sa première rivale qu'en 2005, en la personne de la BMW 130i. Vingt-deux ans plus tard, si les Série 1 sportives ont changé du tout au tout, l'Audi S3 reste fidèle aux mêmes principes généraux : moteur turbo, quatre roues motrices et des performances élevées mais accessibles au plus grand nombre et par tous les temps.

Rangée des voitures

Pourtant, cette quatrième génération de S3 (code « 8Y ») semble marquer une inflexion. Côté puissance, d'abord. Née avec 210 ch, la petite sportive d'Audi n'avait cessé de progresser par étapes depuis (225 ch en 2001, 265 en 2006, 300 en 2013 et 310 en 2016). Mais la nouvelle S3 a bloqué le compteur de son 2 litres turbo à 310 ch, comme pour siffler une hypothétique fin de la course à la puissance. Avec ses 400 Nm de couple, elle ne fait ainsi guère mieux que la précédente S3 restylée, à la différence qu'elle n'est proposée cette fois-ci qu'avec la boîte S tronic à 7 rapports, la transmission manuelle séduisant trop peu d'acheteurs. Mais l'inflexion est également d'ordre esthétique, car si la puissance stagne, les lignes se font paradoxalement plus musclées et agressives que jamais ! La calandre XXL dévore toute la face avant et est encadrée par des optiques aux contours acérés et des (fausses) ouïes de ventilation dans le bouclier. Les flancs se démarquent par leurs volumes ciselés, leurs jantes de 18 ou 19 pouces et leurs jupes latérales contrastées. À l'arrière enfin, les incontournables doubles sorties d'échappement et le becquet sont complétés par un imposant diffuseur et des prises d'air (encore) factices. Ajoutez-y une palette de couleurs inhabituellement audacieuse pour Audi (avec un « Bleu Turbo », un « Jaune Python » ou le plus traditionnel « Rouge Tango »), et vous vous demanderez sûrement si la nouvelle S3 Sportback n'aurait pas changé de philosophie !

Inutile de faire durer le suspense plus longtemps : la réponse est non. Plus que jamais, l'Audi S3 est une sportive bien élevée, qui surveille votre trajectoire, vous suggère de lever le pied à l'approche d'un carrefour ou d'une baisse de la limitation de vitesse, et peut même évoluer en mode roue libre afin d'économiser quelques décilitres de carburant. Une sportive plus connectée que jamais, aussi, avec une instrumentation numérique Virtual Cockpit de 10,25 pouces (12,3 pouces en option) et des interfaces tactiles aussi claires que réactives. La S3 a même décidé d'être plus accueillante pour les occupants des places arrière, grâce à un empattement augmenté de 3 centimètres qui permet de grappiller un peu d'espace aux jambes (ce qui n'était pas du luxe!). En revanche, les esprits chagrins noteront une qualité de finition en baisse : le plastique façon laque de piano entourant le sélecteur de la boîte est sensible aux rayures, les matériaux de bas de planche de bord sont durs et brillants, et la doublure en feutrine des bacs de portière a disparu. Rassurez-vous : les prix, eux, n'ont pas baissé, et il faudra débourser au minimum 56 740 € (plus 6 724 € de malus au barème 2021) pour vous porter acquéreur d'une S3. Prévoyez même un peu plus, car vous aurez peut-être envie de vous offrir la conduite semi-autonome (1 800 €), une sellerie cuir (1 600 €), des amortisseurs pilotés (1 120 €), la clé mains libres (550 €), des réglages lombaires (330 €) ou encore la connectivité Apple CarPlay/Android Auto (220 €). Vous le verrez, les options nombreuses et pas spécialement données font flamber l'addition...

Alors, juste bonne à épater la galerie, la nouvelle S3 ? Heureusement non : elle reste une compacte très performante, avec un 0 à 100 km/h expédié en 4,8 s et une vitesse maximale électroniquement bridée à 250 km/h. Plutôt plaisant, le moteur ne rechigne pas à monter dans les tours, et si sa sonorité est artificiellement amplifiée, le résultat n'est pas désagréable. La boîte S tronic est douce et rapide, même si l'on pourra trouver les palettes au volant trop petites et éloignées de la jante. Quant à la transmission intégrale Quattro, elle permettra d'exploiter les 310 ch sans arrière-pensée, quelque soit l'état de la chaussée ou la météo. Reste que l'on est surpris de l'aspect conservateur de cette chaîne cinématique, quand sa cousine la dernière Volkswagen Golf R bénéficie d'un différentiel arrière sophistiqué avec vectorisation du couple pour optimiser l'agilité. Sur la S3, c'est en effet le sous-virage qui domine, le train avant manquant toujours d'un peu de mordant. Ce qui n'est heureusement pas le cas des freins, qui font en outre preuve d'une belle endurance. Efficace mais pas très sensationnelle en conduite sportive, la S3 pourrait également être un peu plus douillette dans la vie de tous les jours. En effet, ses suspensions sont un peu fermes au quotidien, même avec l'amortissement piloté optionnel. Et l'on est surpris du niveau sonore élevé sur autoroute : une BMW M135i xDrive est plus feutrée. On se consolera avec l'appétit modéré du 2.0 turbo, qui saura facilement descendre sous les 9 l/100 km aux allures usuelles.

Avis de la rédaction sur AUDI S3 Sportback
14.6/20
La nouvelle S3 envoie des signaux contradictoires ! D'un côté, elle arbore un look plus agressif, mais de l'autre, ses performances stagnent. Elle se veut bourgeoise et technologique, mais n'accorde pas assez d'égards à sa finition ou son confort. Une chose ne change pas : la S3 reste une voiture très performante, facile à prendre en mains... et chère !
PerformancesComportement très sûrFreinage efficace et endurantContenu technologiqueHabitabilité en hausseConsommation contenue
Tarif élevéUn certain manque d'agilitéSuspensions un peu fermesInsonorisation perfectibleQualité de finition en reculOptions encore nombreuses
Les chiffresPrix56 740 €Puissance310 ch à 5450 tr/min0 à 100km/h4.8 sConso mixte8 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite15/20Sécurité active et passive19/20Confort et vie à bord14/20Budget8/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.