AUDI Q3 Sportback 45 TFSI

Les photos de l'essai

publié le 14 avril

Réservée aux coupés 5 portes de la marque - les A5 et A7 - l'appellation Sportback définit bien cette nouvelle variante du Q3. Mais si les changements sont profonds sur toute la partie arrière, c'est surtout l'inclinaison plus prononcée du hayon qui se remarque. Un choix qui permet à cette Audi de se distinguer de son unique rival, le BMW X2. Pour son SUV Coupé d'entrée de gamme, la marque munichoise ne s'est, en effet, pas contentée de redessiner la partie arrière, comme c'est le cas des duos X3/X4 et X5/X6, mais bien de proposer un design totalement différent. L'avantage du choix d'Audi est double avec une perte minimale en matière de garde eu toit aux places arrière, ce qui permet toujours à des adultes d'y prendre place sans contorsion, et un coffre qui ne perd pas un dm3 et reste particulièrement généreux avec ses 530 dm3 sous tablette. Même la banquette coulissante a été conservée de série. Elle affiche un axe de mouvement de 13 cm, permettant de favoriser, au choix, l'espace pour les passagers ou pour leurs bagages. Le ton est donc donné : la Q3 Sportback reste un Q3 à part entière. Comprenez par là qu'il n'impose guère de sacrifice si ce n'est une hausse de tarif de 2 200 € dans le cas de notre modèle d'essai. Audi peut donc afficher des ambitions élevées avec ce modèle puisqu'il est prévu, qu'en 2020, il représentera 40% des Q3 immatriculés dans l'Hexagone.

Les anneaux contre-attaquent

Bien qu'un peu froide, avec son mélange d'aluminium et de teintes sombres, la présentation intérieure se distingue par la sensation de qualité qu'elle diffuse. L'ergonomie reste soignée avec un combiné d'instrumentations entièrement numérique livré de série et une tablette tactile permettant de commander toutes les fonctions, à l'exception de l'éclairage et de la climatisation. Extérieurement, hormis le dessin de la partie arrière, seuls les traits de la calandre et du bouclier arrière distinguent le Sportback.

Si l'on excepte le très méchant 2.5 Turbo de la version RS, cette motorisation 45 TFSI est la plus puissante de la gamme. Sous ce patronyme se cache une vieille connaissance, le 2.0 Turbo de 230 ch. Un bloc qui se passe toujours de tout dispositif d'hybridation mais qui ravit par sa bonne volonté. Bien aidé par la boite S-Tronic à 7 rapports au bon étagement, il se montre réactif en toutes circonstances. Qu'il s'agisse d'un dépassement à effectuer sur autoroute ou de vouloir bondir d'un virage à l'autre sur une route sinueuse, aucun temps mort n'est à déplorer. Le tout dans un silence remarquable, y compris dans les hautes rotations. Ce Q3 pourrait même être particulièrement amusant à conduire si la transmission Quattro, imposée avec ce moteur, ne se montrait pas aussi efficace. Avec elle, ou à cause d'elle selon le point de vue, n'espérez pas faire cirer les roues intérieures dans les courbes serrées ni même détecter la moindre amorce de sous-virage à haute allure. De sportif, le Q3 Sportback n'a donc que le physique. Mais si ce sérieux frustrera une minorité, au quotidien et pour la majorité de ses utilisateurs, ce sera un gage de sécurité quasi-absolu.

Avis de la rédaction sur AUDI Q3 Sportback 45 TFSI
15.4/20
Après le Q8, inaccessible au commun des mortels, Audi continue à apporter un peu de fantaisie à sa gamme de SUV avec ce Q3 Sportback bien plus abordable. Si certains regretteront que son physique promet plus que ce que sa conduite apporte, c'est surtout le fait que le choix de ce modèle différent n'impose guère de sacrifices à l'usage qui est à souligner.
Look moins sérieuxHabitabilité et volume de coffre préservéAgrément et performances
Comportement peu amusant
Les chiffresPrix49 760 €Puissance230 ch à 5000 tr/min0 à 100km/h6.3 sConso mixte8.6 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite17/20Sécurité active et passive19/20Confort et vie à bord15/20Budget12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.