AUDI Q3 (II) 45 TFSI

Les photos de l'essai

publié le 27 février

Lancé en 2011, l'ancien Q3 a connu un succès fort convenable, écoulé à 1,1 million d'exemplaires, dont 55 000 en France. Son remplaçant entend bien faire mieux et s'en donne les moyens. Cela commence par un design nettement plus acéré et dynamique, arborant la nouvelle calandre octogonale signalant désormais les autos frappées des anneaux.

Pas là où on l'attend

Ensuite, l'habitabilité s'améliore, tant en longueur qu'en largeur. Le même constat s'impose pour le coffre, qui, à 530 l gagne 7 l. Et sièges rabattus, il avale jusqu'à 1 525 l de chargement, une très bonne valeur pour la catégorie. Mieux, la banquette arrière, coulissante, permet de faire varier ce volume, tout en proposant une vraie modularité de monospace.

A l'avant, le tableau de bord, au dessin très agréable et moderne, arbore un combiné d'instruments dont la silhouette octogonale évoque celle de la calandre, tandis que des inserts en alcantara apportent une bien agréable touche de douceur. Toute les versions bénéficient du Virtual Cockpit, soit une instrumentation TFT configurable à l'ergonomie soignée. Du tout bon ? Non. Les plastiques habillant le bas des portières et de la console centrale, durs et désagréables au toucher, dénotent dans un intérieur par ailleurs très bien assemblé. Ça passe chez un constructeur généraliste, moins chez Audi qui a bâti une partie de sa réputation justement sur la qualité de ses habitacles ! Heureusement, la partie haute de la planche de bord frise toujours la perfection.

Sur route, le Q3 se signale d'abord par son confort. Excellents sièges, position de conduite impeccable, Virutal Cockpit très lisible, on se sent très à l'aise. Mieux, la suspension, ici à amortissement piloté (option à 850 €), filtre remarquablement les aspérités, surtout que notre exemplaire chausse des jantes de 20 pouces. Ce ne se fait pas au détriment des qualités routières, excellentes. Motricité totale grâce à la transmission quattro, très grandes réserves de grip, bel équilibre, le 45 TFSI est aussi à son aise sur petite route de montagne que sur autoroute. Et son volant informe très correctement de l'état de la chaussée. Une jolie réussite, complétée par de réelles aptitudes en hors-piste, un mode Offroad étant même prévu.

En revanche, le moteur se montre un peu creux sous les 2 000 tr/mn, tandis que la boîte S tronic est très lente à réagir quand on sollicite un kick-down. Dommage, car autrement, elle fonctionne avec célérité et douceur.

Facturé 46 700 € avec de série la transmission quattro et la boîte à double embrayage, le Q3 45 TFSI est bien placé face à la concurrence premium, aussi bien par son prix que ses prestations. Mais pour le sport, on attendra le RS Q3.

Avis de la rédaction sur AUDI Q3 (II) 45 TFSI
14.4/20
Remarquablement suspendu, le nouveau Q3 profite d'une belle habitabilité complétée d'un coffre de très bon volume et d'une modularité digne d'un monospace. Les équipements technologiques sont au complet, le Virtual Cockpit et le Lane Assist étant de série sur tous les modèles. Nanti d'excellentes qualités routières, et capable de s'aventurer hors du bitume, le 45 TFSI manque toutefois de réactivité, tant par son moteur que sa boîte, le premier pouvant pâtir de l'essence locale - essais fait au Maroc, ce qui expliquerait aussi sa consommation un peu élevée de 10 l/100 km-. Disponible dès 46 700 € (+ 4 523 € de malus), ce Q3 est bien placé face à la concurrence premium.
HabitabilitéVolume du coffreModularitéConfort de suspensionSiègesQualités routièresQuelques compétences en hors-piste
Quelques plastiques tocMoteur creuxBoîte parfois lenteéquipements intéressants en option
Les chiffresPrix46 700 €Puissance230 ch à 5000 tr/min0 à 100km/h6.3 sConso mixte7.3 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite15/20Sécurité active et passive17/20Confort et vie à bord16/20Budget12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.