AUDI RS4 Avant (B9)
Essai
15 janvier 2018
VOLKSWAGEN Polo GTI 2018
Essai
01 janvier 2018
ALPINE A110 Première Édition
Essai
08 décembre 2017
AUDI A8 55 TFSI Avus Extended
Essai
04 décembre 2017
OPEL Insignia Grand Sport CDTI
Essai
27 novembre 2017
BMW X3 xDrive30d
Essai
20 novembre 2017
AUDI RS3 Berline
Essai
06 novembre 2017
MERCEDES AMG GT C Roadster
Essai
30 octobre 2017
MCLAREN 570GT
Essai
16 octobre 2017

ALPINE A110 Première Édition

Alpine A110 Première Édition

Les photos de l'essai

publié le 8 décembre

On n'en pouvait plus d'attendre le retour d'Alpine. Vingt ans après l'arrêt de la marque, et après cinq ans de « teasings » et concept-cars, voici enfin la nouvelle A110 ! Et pour ne rien arranger, on me tend les clés d'un A110 Première Édition revêtue du superbe bleu Alpine. Pas de temps à perdre : direction le circuit du Grand Sambuc ! La grosse demi-heure de route qui nous amène au circuit permet de prendre en mains l'auto, qui se révèle très facile à vivre. Le moteur 1.8 turbo (252 ch et 320 Nm de couple) est plein partout et délivre un son rauque plutôt sympathique. La boîte à double embrayage est douce et réactive. Enfin, le confort est bon. Il faut dire que l'auto ne pèse que 1 103 kilos (sa coque est en aluminium), ce qui a permis de limiter la raideur des suspensions. On s'imagine facilement partir en week-end en amoureux avec cette Alpine, même s'il faudra voyager léger (196 dm³ pour les bagages). À l'intérieur, l'A110 mélange le bon et le moins bon, avec de superbes sièges baquet Sabelt et une instrumentation sur écran à cristaux liquides moderne et lisible, mais des buses d'aération un peu « cheap » et une interface de GPS guère intuitive.

Mission accomplie

Le circuit du Grand Sambuc est un tracé très technique : virages en dévers, courbes sans visibilité et dégagements réduits. Pour ne rien arranger, les températures flirtent avec le zéro degré et le ciel est chargé d'humidité. Alors on y va progressivement et on en profite pour tester les différents modes de conduite proposés. En mode Normal, la boîte privilégie le confort, les clapets de l'échappement actif sont fermés et la direction est très douce. En mode Sport, la transmission se fait plus réactive, l'échappement plus volubile, tandis que la direction s'affermit (mais sans excès). L'ESP reste actif, à moins de le déconnecter via un interrupteur séparé. Les premières impressions se confirment : légèreté, moteur pétillant, train avant incisif, freinage efficace. Mais c'est surtout le fabuleux équilibre de cette auto qui saute aux yeux ! Le pilote ressent les moindres mouvements de la voiture, qui « téléphone » toutes ses réactions. Du coup, on trouve assez vite le mode Sport un peu trop restrictif, en on engage le mode Track ! Cette fois-ci, la boîte « claque » ses changements de rapport avec virulence, tandis que l'ESP fonctionne en mode relâché. Et c'est grisant ! Les sensations de conduite parfaites donnent l'impression que le châssis est directement relié à vos synapses.

Nous voilà rassurés : cette nouvelle Alpine est une réussite quasi totale ! Son équilibre parfait assure une prise en mains facile, même pour le « pilote » occasionnel. Son moteur qui se sent pousser des ailes dans cette caisse légère, sa boîte est efficace et sa présentation charmer l'œil. Reste maintenant à transformer l'essai, en développant la gamme afin d'assurer le succès d'Alpine dans la durée... Et si le plus dur était encore à venir ?

Avis de la rédaction sur ALPINE A110 Première Édition
18.1/20
Nous voilà rassurés : cette nouvelle Alpine est une réussite quasi totale ! Saluons avant tout le formidable travail réalisé au niveau du châssis, dont l'équilibre parfait assure une prise en mains facile, même pour le « pilote » occasionnel. Mais le reste de l'auto est au niveau, avec un moteur qui se sent pousser des ailes dans cette caisse légère, une boîte efficace et une présentation qui, si elle n'impressionne pas par sa finition, a au moins le mérite de charmer l'œil. Reste maintenant à transformer l'essai, en développant la gamme afin d'assurer le succès d'Alpine dans la durée... Et si le plus dur était encore à venir ?
Châssis merveilleux d'équilibreConfort préservéPerformances élevéesMoteur pétillantBoîte EDC efficaceFacilité de prise en mainsPrésentation charmeuse
Coffres étroitsDétails de finitionGPS guère intuitifPédale de frein un peu dure
Les chiffresPrix58 500 €Puissance252 ch à 6000 tr/min0 à 100km/h4.5 sConso mixte6.1 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite19/20Sécurité active et passive15/20Confort et vie à bord14/20Budget16/20
 
161 commentaires - ALPINE A110 Première Édition
  • avatar
    PSUXXI -

    elle est magnifique et, apparemment, le ramage correspond au plumage, vive, légère, maniable, confortable , une vraie sportive made in Renault et surtout la digne héritière de son extraordinaire devancière.

  • avatar
    onclepicsous -

    ATTENTION 80KM./h a partir du 1er juillet.il va falloir l'équiper d'une boite de vitesse de 2 cv

    avatar
    uteaupique -

    Même en 2cv, on risquera l'excès de vitesse! sur l'autoroute en descente avec le vent dans le dos, on tapait le 130 ( compteur...)

  • avatar
    Arden56 -

    Elle ressemble à une Renault Fuego, mais pas du tout à une Alpine A110

    avatar
    deufffe -

    il a la berlu mr arden..lol...je me suis fait pas mal transporter en fuego lors de ma jeunesse, que ce soit le style exterieur ou interieur je ne vois rien qui puisse ma rappeler ma lointaine jeunesse

    avatar
    ALDO44 -

    et la Fuego à une Porsche 944....

    avatar
    ALDO44 -

    Les lunettes sont trop chères !!!

    avatar
    PSUXXI -

    ce pourrait être un compliment car la fuego était une belle voiture mais franchement je ne vois pas l'ombre d'un rapport, cette Alpine est une vraie sportive avec de très nombreuses qualités si j'en juge par tous les commentaires sur les journaux spécialisés et sur cet essai.

    avatar
    Arden56 -

    Je n'ai pas besoin de lunette, mais comparer la lunette arrière de la Fuego et celle de l'Alpine, c'est tout

    avatar
    Arden56 -

    Je n'ai pas besoin de lunette, mais comparer la lunette arrière de la Fuego et celle de l'Alpine, c'est tout

  • avatar
    ber83 -

    Superbe et surement excellente, mais Renault fait payer 20.000€ le nom "Alpine"
    c'est abusé, dommage pour les vrais passionnés de cette marque, quand a 80/100000€
    pour l'ancien modèle, c'est du grand n'importe quoi, les voitures de collection sont en train de rentrer dans la démesure, toutes marques confondues d'ailleurs, Porsche en tête de cette surenchère générale avec ses modèles d'avant l'année 2000, les 'flat' a air

    avatar
    dodollulusse -

    vous avez raison ,les prix sont devenus carement grotesque , en 20 ans ,je regardais dans mes revues flat 6 ,il y a 20 ans une Porsche 6 cylindres 3.2 correct c’était environs 22000 euro ,aujourd’hui ça a doublé + de 40000 euro ? et ça ne va pas s’arrêter ! le type qui a une 4l croit qu'il possède une bugatti 35 ? enfin ,vive les japonaises faites au Japon !

  • avatar
    ZOROT -

    belle voitures de 2018 pour rouler à 80 Km:H comme le souhaite nos gouvernants ...!!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]