Scooters et motos électriques ont-t-il toujours le vent en poupe ?

Scooters et motos électriques ont-t-il toujours le vent en poupe ?
Scooters et motos électriques ont-t-il toujours le vent en poupe ?
A lire aussi

publié le 17 septembre

La crise sanitaire n'aurait pas affecté de la même façon les différentes catégories de deux-roues motorisés ? C'est la question que l'on peut se poser en détaillant les chiffres de vente des scooters et moto électriques et en comparant leur variation à celle du marché global.

En effet, les autres catégories de motorisés légers pointent entre - 2 % et - 9 % à la même époque de l'année. Avec - 28 %, les modèles électriques font donc grise mine et à part quelques exceptions, les leaders d'hier voient leur forme décliner. 

Gros coup de frein sur les équivalents 50 Du côté des équivalents 125 et plus, le BMW C-evo chute encore de 21% et sa production devrait être stoppée, du moins les commandes le sont-elles. Chez Niu c'est la débâcle avec plus de 50 % de baisse sur l'équivalent 125 et seul Super Soco, Zero et Orcal progressent encore. Les nouveaux arrivants (Silence, Piaggio, Electric Motor) dopent donc le marché qui progresse avec 1629 immats et + 8,7 %. Pas grand chose face aux 113 000 unités du thermique...

Côté équivalents 50, c'est encore pire avec le coup de frein des achats de flottes de scooters en libre-service (arrêt de Coup avec ses Gogogo, Cityscoot avec ses Govecs, La Poste avec Ligier). A cela on ajoute la désaffection pour Niu qui avait fait une belle entrée sur marché et écoulé plus de 2000 unités en 2019 contre 500 sur 7 mois. La marque chinoise reste en tête des ventes, mais de très peu devant Super Soco. Derrière ce sont une multitudes de petites marques qui écoulent 200 unités par an.

Ce marché s'est donc écroulé de 34 % au total depuis janvier, qui s'explique peut-être aussi par un passage de la clientèle vers le VAE, qui permet de rouler sur les piste cyclables presque aussi vite que les scooters et auxquels toutes les voies urbaines notamment à Paris sont accessibles.

Et au-delà des équivalents 125 ? Enfin, pour les plus de 125, les chiffres ne sont pas très parlants car c'est une micro micro niche. 

Ce segment n'est représenté que par 3 marques : Energica avec un seul modèle, Ego ;  Harley avec la Livewire et Zero Motorcycles avec pour le coup une gamme complète. On peut aussi ajouter quelques exemplaires du BMW C-evo Long Range accessible au A2, mais nous n'avons pas le détail des ventes entre ce dernier et le 125. Toujours sur 7 mois :

Energica : 8 immats, nouvel entrant sur le marché français en 2020

Harley : 39 immats, à fin juillet 2019 elle en comptait 3 mais venait tout juste d'arriver sur le marché

Zero : 153 immats, soit + 11,7 % par rapport à la même période 2019. 

Si on ne peut pas parler ici de baisse des volumes mais a contrario d'une hausse, cela reste insignifiant par rapport au marché global. Toutefois, l'arrivée d'un constructeur tel Harley sur le segment, et la progression patiente mais constante de Zero en Europe, laisse augurer du développement de ce segment dans les années qui viennent. BMW va poursuivre sur sa lancée avec au moins un nouveau modèle pour remplacer le C-evo, et il se dit que Yamaha pourrait y débarquer dès 2021...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.