Que faut-il comprendre du nouveau brevet Kawasaki électrique ?

Chargement en cours
Que faut-il comprendre du dernier brevet de Kawasaki sur l'électrique ?
Que faut-il comprendre du dernier brevet de Kawasaki sur l'électrique ?
1/3
© motoservices.com
A lire aussi

publié le 25 août

On a vu passer un projet de Kawasaki électrique, le EV Project, et on a trouvé intéressant qu'elle avait une boîte de vitesses à 4 rapports. Puis, on a appris qu'elle avait même un nom, l'Endeavor. Et maintenant, Kawasaki nous explique qu'ils viennent de breveter un système d'extraction / installation rapide de la batterie. Mais dans quel but, that is ze question ! 

Up and down On a pu voir au dernier Salon EICMA de Milan (novembre 2019) que le EV Project avait un cadre dont la partie supérieure était boulonnée. Kawasaki nous apprend aujourd'hui que cette partie supérieure permet l'installation ou l'extraction facile de la batterie. Nonobstant, vu le poids de cette dernière (elle fait 80 kilos sur une Zero SR/S, par exemple), on imagine que ce n'est pas pour la démonter facilement et la remonter dans son appartement pour la faire recharger entre le frigo et la machine à laver. De fait, cela pourrait être pour faciliter le processus industriel : la moto pourrait être conçue sans batterie à l'usine et celle-ci, installée au dernier moment, car produite en différents lieux dans le monde. Cela implique différents fournisseurs selon les marchés, charge au dernier maillon de l'échelle (le concess" ?) de finir l'installation. D'un point de vue logistique, ça se tient. 

Des avis sur la question ? 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.