Un malus écologique encore plus sévère en 2018

Chargement en cours
Un malus écologique encore plus sévère en 2018
Un malus écologique encore plus sévère en 2018
1/3
© Motorlegend
A lire aussi

, publié le 28 septembre

Le gouvernement a dévoilé la nouvelle grille du malus écologique qui entrera en vigueur au 1er janvier 2018. Objectif affiché : rééquilibrer le dispositif bonus/malus, mais aussi poursuivre la baisse des émissions de CO2 moyennes des véhicules neufs. En effet, selon le gouvernement, « alors que les émissions moyennes de CO2 ont baissé régulièrement jusqu'en 2015, on observe aujourd'hui une stagnation autour de 110 g/km de CO2, voire une légère augmentation en 2017. Une modification du malus est nécessaire pour qu'il retrouve son caractère incitatif. » Rappelons que l'objectif européen est d'atteindre les 95 g/km en 2020, horizon désormais très proche.

Alors pour financer la prime à la conversion élargie, le nouveau barème du malus démarre plus tôt : dès 120 g/km de CO2, au lieu de 127 g/km en 2017. La progression est en fait la même, mais décalée de 7 g/km vers le bas : 50 € à 120 g/km, 53 à 121, 60 à 122, etc. À l'autre bout de l'échelle apparaît un nouveau « super malus » de 10 500 €, applicable à tout véhicule dépassant les 184 g/km de CO2. Jusqu'alors, le malus ne pouvait excéder 10 000 €, et était réservé aux modèles émettant plus de 190 g/km.

Concrètement, l'acheteur d'une Peugeot 308 GTi (139 g/km de CO2), qui déboursait 410 € de malus en 2017, paiera 953 € en 2018 (soit plus du double !). Celui qui voulait opter pour une Ford Focus RS (175 g/km) paiera 7 613 € contre 5 810 € en 2017 (+ 31%). Quant à la DS 3 Performance, qui échappait jusqu'alors à toute pénalité grâce à ses 125 g/km, elle écopera désormais d'un malus de 113 €.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.