Rétrofit : les cars scolaires passent aussi à l'électrique

Rétrofit : les cars scolaires passent aussi à l'électrique©Shutterstock, Media365

, publié le 3 mai

Les régions du Centre-Val de Loire et d'Auvergne-Rhône-Alpes vont accueillir d'ici la fin de l'année des cars reconditionnés. Une batterie et un moteur électrique vont remplacer le thermique pour donner une seconde vie à ce mode de transport.



En 2023, place au rétrofit ! Cela ne vous évoque peut-être pas grand-chose, mais ce procédé, qui consiste à remplacer le moteur thermique d'un véhicule par un moteur électrique et une batterie, arrive prochainement. La société Retrofleet est à la base de ce projet pour offrir une solution décarbonée à destination des cars. Une première !

Des transports plus écologiques

Cocorico ! À partir de la rentrée 2023, des cars de la marque Iveco Crossway seront équipés de batteries garanties sept ans et produites en France. Avec une capacité de 192 kWh et une autonomie de 150 km, les cars scolaires vont connaître une nouvelle vie sur les routes.

Retrofleet a misé sur une deuxième marque : Mercedes Inturo. Ces bus seront en circulation début 2024, comme l'espère la société. Grâce au rétroflit, seule la motorisation connaîtra une évolution. En ce qui concerne l'extérieur, le poids du bus et l'intérieur (sauf sur demande), tout restera comme avant.

Les marques sélectionnées représentent plus de 80 % du marché en France et en Europe. Une idée géniale pour les communes et qui devrait également plaire aux enfants.

Autonomie assurée ?

Malgré une autonomie de 150 km, le CEO de Retrofleet, Emmanuel Flahaut, assure que le transport en journée ne rencontrera aucun problème :

« Les cars convertis à l'électrique ont minimum cinq ans d'ancienneté sur les routes. Généralement, ils roulent environ 80 km le matin et connaissant une pause entre 10h et 16h. Étant donné qu'il faut deux heures aux cars pour se charger avant de repartir, cela sera effectué pendant ce laps de temps ». Le ramassage scolaire n'a pas de souci à se faire !

Autorisation du Gouvernement

Clément Beaune, ministre des Transports a autorisé en 2020 le rétrofit. Un budget de cinq millions d'euros pour l'acquisition d'autocars électriques a été décidé.

Ce procédé est peut-être le futur du transport. La société travaille déjà sur la transformation de camions-bennes et de camions de marchandises; en attendant de voir les véhicules diesel et essence, eux aussi, se « rétrofiter ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.