Plan vélo : 250 millions d'euros débloqués pour 2023

Chargement en cours
Plan vélo : 250 millions d'euros débloqués pour 2023
Plan vélo : 250 millions d'euros débloqués pour 2023
1/3
© Motorlegend

, publié le 23 septembre

Le gouvernement poursuit sa dynamique autour du développement du vélo. Pour cela, il va injecter 250 millions d'euros dans la poursuite du plan consacré à la petite reine. 200 millions d'euros seront dédiés à la construction de pistes cyclables et 50 millions d'euros consacrés pour le stationnement des vélos.

La Première ministre Élisabeth Borne aime le vélo. Pour preuve, après avoir annoncé cet été que les aides à l'achat d'un vélo seraient reconduites, elle a indiqué, pour le quatrième anniversaire du plan vélo, qu'il sera « doté de 250 millions d'euros supplémentaires en 2023 ». Pour utiliser à bien ce budget, un « comité interministériel du vélo », qui intégrera tous les ministres concernés, va par ailleurs être constitué à l'automne.

Sur ces 250 millions d'euros, « 200 seront dédiés aux infrastructures et 50 millions d'euros pour le stationnement », selon Matignon.

Venant compléter le budget de 350 millions d'euros sur sept ans (2018-2025) et les 150 millions ajoutés lors du plan de relance décidé après la pandémie de Covid-19, ce nouveau dispositif continuera de proposer l'aide à l'acquisition d'un vélo et souhaite faire émerger une filière vélo nationale allant de « l'assemblage au recyclage en passant par la réparation », a souligné Élisabeth Borne. Par ailleurs, les autres axes du précédent plan seront maintenus comme l'aménagement de pistes cyclables. Sur ce point, Élisabeth Borne a souligné que : « 14 000 km ont pu être réalisées grâce au plan vélo ».

Pour continuer sur cette voie, le « fonds mobilités actives », qui permet le financement d'infrastructures, aura pour rôle le suivi auprès des collectivités afin de s'assurer que les investissements soient pertinents et parfaitement calibrés. En effet, La Première ministre reconnaît que tous les développements ont été faits au profit des grandes villes, oubliant les plus petites. « Notre défi, c'est de démontrer que le vélo peut aussi être un mode de déplacement dans les territoires ruraux » a-t-elle précisé. D'ailleurs, les communes pourront demander des aides pour financer leurs projets. Ici l'ambition de l'exécutif est bel et bien de développer la part du vélo dans les déplacements en le portant à 9% en 2024 quand elle n'était encore que de 3% il y a six ans.

Pour les années suivantes, le gouvernement développera ses intentions au travers « d'une feuille de route sur la planification écologique », a précisé M. Béchu, ministre de la transition écologique. Cette enveloppe pluriannuelle sera calculée sur la base du conseil d'orientation des infrastructures qui sera rendu cet automne.

Signalons aussi que le gouvernement veut par ailleurs maintenir le dispositif « savoir rouler à vélo » à l'école primaire, dont ont bénéficié 160 000 enfants depuis trois ans. Mieux, le plan vélo, qui court désormais jusqu'en 2027, entend également porter à l'intégralité d'une classe d'âge, soit 800 000 jeunes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.