Les Parisiens sont d'accord avec le stationnement payant pour les 2 roues ...

Les Parisiens sont d'accord avec le stationnement payant pour les 2 roues ...
Les Parisiens sont d'accord avec le stationnement payant pour les 2 roues ...
A lire aussi

, publié le 23 septembre

Le rêve d'Anne Hidalgo pour la Ville de Paris avance petit à petit : réduire la place des véhicules thermiques.

Pour cela plusieurs mesures sont déjà évoquées : la limitation de vitesse à 30km/h, la réduction du nombre de places de parking disponibles dans Paris ainsi que le stationnement payant pour nos deux-roues. Des mesures qui sont plus ou moins bien acceptées par les Parisiens selon une étude menée par l'Ifop.

81 % des Parisiens interrogés jugent qu'il est difficile de circuler à Paris. 81 % des Parisiens interrogés jugent qu'il est difficile de circuler à Paris. 57 % des interrogés n'utilisent pas de véhicules tous les jours. Ironique ?

Bon si l'on y regarde de plus près, on voit tout d'abord que sans surprise : 81 % des Parisiens interrogés jugent qu'il est difficile de circuler à Paris. 36% d'automobilistes et 30% d'utilisateurs de deux-roues motorisés jugeant cela « très difficile ». 

 La plupart de ceux qui approuvent ne sont pas ceux qui pratiquent. 

La limitation de la vitesse à 30 km/h est majoritairement approuvée par les Parisiens, 71% des personnes interrogées pensent que cette mesure « va sécuriser les rues de la capitale pour les piétons, les cyclistes, les enfants et les seniors ». Par contre, on reste sceptique quant à la lutte contre le changement climatique : seulement 52% des Parisiens jugent que la mesure y contribuera.

Pour Anne Hidalgo : La question de la pollution est au coeur de la politique de réduction de la place des véhicules thermiques dans Paris et les Parisiens sont d'accord à 58% : il faut réduire la place de la voiture.

Et alors, le stationnement ? Suivant la même logique, la fin du stationnement gratuit des deux-roues est approuvée à 64 % des interrogés

Oui pour faire payer les 2 roues motorisés, non à la réduction des places de stationnement

Trois des mesures adoptées en juillet dernier , qui constituent pourtant le fer de lance du plan présenté par David Belliard, adjoint EELV d'Anne Hidalgo à la Mairie de Paris, sont même assez massivement rejetées :

c'est le cas de l'augmentation du prix des PV (38% d'adhésion),

de la hausse des tarifs de stationnement (31% d'adhésion),

de la diminution des places de stationnement - 60 000 sont concernées - dans les rues ou en sous-sol (30% d'adhésion).

Cette enquête réalisée par l'Ifop auprès d'un échantillon de 1 008 personnes, représentatif de la population de la commune de Paris âgée de 18 ans et plus, par questionnaire auto-administré du 20 au 24 août 2021, on attend désormais une enquête élargie à la Région Parisienne. En effet, les parisiens bénéficient de tarifs de staionnement réduits alors que tous ceux qui viennent travailler depuis la banlieue n'en profittent pas.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.