Les constructeurs alertent : tout électrique en 2035 ? Impossible !

Les constructeurs alertent : tout électrique en 2035 ? Impossible !
Électrique vs thermique

, publié le 3 août

Le conseil européen s'est prononcé au début du mois de juin en actant la fin du moteur thermiques pour 2035. Ne parlant que de l'automobile et des camionnettes, pour le moment, plus aucun véhicule neuf à moteur thermique ne sera disponible en concession à partir de cette date. Certes, l'Europe n'a encore rien dit au sujet des motos, mais on le sait, ce qui se pratique sur 4 roues finit toujours par être décliné sur deux, le stationnement payant des deux-roues à Paris qui rentrera en vigueur au 1er septembre en est le parfait exemple.

La transition écologique, l'absence d'émission de CO2, c'est bien ! Mais le tout électrique dans aujourd'hui moins de treize ans c'est beaucoup trop rapide pour la FEMA et les constructeurs de deux-roues. En outre, compte tenu des spécificités d'une moto, différente d'un cyclo ou d'un deux-roues urbain, l'électrique est loin de constituer la meilleure solution.

L'électrique n'est pas adapté à la moto Déjà, pour la FEMA, il y a 4 freins majeurs quant au passage au tout électrique pur les motos en 2025 :

Les infrastructures de rechargement ne sont pas assez développées. On manque déjà de bornes alors que la part de véhicules électriques roulants est infime comparée à celle des thermiques. Les projets de développement fusent ici et là, mais croire qu'il y aura des bornes partout en 2035 est une utopie.

La production électrique et son réseau de distribution ne seront pas suffisants. Nucléaire et centrale à charbon n'ont donc pas dit leurs derniers mots, ce qui ne ravie pas les écolos...

Les problèmes liés à la production des batteries et l'extraction des minerais. Sans oublier le fait que si tout le monde veut de la batterie, les prix vont forcément exploser.

Enfin le dernier point, très intéressant car il est directement lié à la conception de nos chères motocyclettes. Avec plusieurs inconnue dans l'équation à résoudre :

Le problème de l'autonomie, car pour l'augmenter il faut augmenter la taille des batteries, chose limitée pour qu'un deux-roues soit pertinent et excitant du point de vue dynamique.

La durée de vie d'une moto : plus grande que celle d'une voiture, car les motos font en moyenne beaucoup moins de kilomètres. Du coup la période de transition électrique/thermique sur le segment moto sera beaucoup plus grande. Ce qui veut dire qu'au-delà de 2035 rouleront encore pour longtemps les motos thermiques. D'où le fait que la FEMA plaide aujourd'hui pour le développement des biocarburants et des technologie qui sont liées.

Les prix élitistes des motos électriques sur les quelques marques actuellement présentes sur le marché (Zero, Livewire, Energica...). Si on persiste dans le 100 % électrique avec les technologies actuelles, impossible de proposer des tarifs similaires aux thermiques actuels (qui ont d'ailleurs tous bien augmenté...).

L'électrique pour les petites cylindrées, du biocarburant pour les grosses Pour cela, la FEMA agit pour ancrer ce message au niveau des instances européennes : « L'industrie de la moto ne devrait pas être obligée de passer complètement à l'électrique en 2035 », une aberration, même si déjà certains constructeurs ont fait des déclarations annonçant qu'ils allaient bientôt être « super propres » : Honda par exemple qui passerait au 100 % électrique en 2040, Yamaha en 2050 (pour 90% de sa prod).

Des initiatives personnelles, pourtant la FEMA le martèle : « Compte tenu du faible nombre de motos et du potentiel de construction de motos très économes en carburant et propres avec un moteur à combustion interne, il est plus efficace d'un point de vue tant économique qu'environnemental d'opter pour une approche multiple : électrique (pour les deux-roues motorisés à vocation urbaine), et le moteur à combustion (ndlr : alimenté au biocarburant) pour les motos plus grosses destinées aux longues distances."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.