Le retour des batteries Lithium-fer-phosphate, mais chauffées !

Le retour des batteries Lithium-fer-phosphate, mais chauffées !
Des batteries bientôt chauffées ?
A lire aussi

, publié le 23 février

La plupart des véhicules électriques utilisent actuellement des batteries LNC contenant du Lithium avec du nickel et du cobalt. Ce type de batteries avaient pris le pas sur les batteries LFP (lithium-fer-phosphates) qui offrent une capacité moindre par rapport à leur poids (densité énergétique) et acceptent moins de charges. Mais le professeur Chao-Yang Wang et son équipe (Pennsylvania State University) ont trouvé que leurs performances s'améliorent si elles sont d'abord réchauffées à 60 °C !

Une approche intéressante quand on sait que les batteries au nickel surchauffent souvent et provoquent des incendies. De plus, le cobalt qu'elles contiennent est rare et donc cher, et il est également toxique.

Chauffage mieux que refroidissement ! Le chauffage des batteries LFP est peu coûteux en énergie car une fois en fonctionnement, elles s'auto-entretiennent à cette température et n'ont pas besoin de refroidissement. Ce qui n'est pas le cas des batteries Nickel qui exigent un système de refroidissement qui rend leur installation plus complexe et énergivore. Donc le bilan énergétique penche en faveur des batterie LFP.

Le problème est identique à la charge de la batterie, où la batterie Nickel chauffe lors des recharges rapides ou complètes et risque de surchauffer alors que la batterie Fer-phosphate sera plus performante avec de petites recharges courtes et incomplètes. Elle se montre aussi plus adaptée aux petits scooters urbains que l'on peut charger fréquemment et ne font de 10 à 30 km par jour.

On n'a pas fini de voir des expérimentations sur le sujet, car la batterie reste l'élément le plus contraignant sur les petits engins de mobilité électrique et rien n'est acquis. A suivre donc...

Référence : Nature Energy 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.