Le premier scooter à hydrogène du monde sera un TVS

Le premier scooter à hydrogène du monde sera un TVS
Le premier scooter à hydrogène du monde sera un TVS
A lire aussi

, publié le 2 septembre

C'est une nouvelle qui nous vient de nos confrères italiens de Motociclismo, mais qui n'est pas italienne pour autant. Le constructeur indien TVS est en bonne voie pour sortir un scooter électrique à hydrogène. Enfin, plus précisément avec des batteries à hydrogène. Pourquoi et comment ? Reprenons.

Efficacité d'un moteur : thermique vs électrique Un véhicule à moteur électrique est très efficace : un rendement pouvant aller jusqu'à 98 % contre 50 % pour un moteur thermique. Pour autant, le principal problème aujourd'hui est le stockage de l'énergie. Alors qu'on la stocke dans un réservoir sous forme liquide pour les moteurs thermiques, les lourdes batteries des véhicules en circulation aujourd'hui mettent plusieurs heures à se recharger et sont très polluantes à la production.

Pour apporter une énième solution à ce problème, le groupe indien TVS déposé un brevet concernant un système de batteries à hydrogène pour une utilisation sur un scooter urbain nommé iQube.

Pourtant, l'idée n'est pas neuve. D'autres constructeurs, dont Yamaha, Suzuki, Aprilia et Honda se sont penchés sur le sujet depuis une quinzaine d'années, sans persévérer jusqu'à un modèle de production. TVS s'approche donc de plus en plus d'un véhicule grand public qui roulera peut-être d'ici quelques années dans nos rues...

Avantages... et inconvénient ? L'avantage principal d'une batterie à cellules à hydrogène est son temps de charge : quelques secondes pour faire le plein. Les réserves d'hydrogène se situent dans le bouclier avant et sont couplées à une batterie standard qui récupère l'énergie du freinage. Voilà une solution "d'avenir" même si on peut se poser la question de la pertinence d'avoir deux types de batteries, sauf complexifier le véhicule, donc la production ?

Pour autant, la question de l'hydrogène en elle-même se pose puisqu'aujourd'hui la production "verte" d'hydrogène est largement minoritaire. La plus grande partie produite est de l'hydrogène dit "gris", c'est-à-dire produit à partir d'énergies fossiles. Voilà qui déplace le problème sur la production d'énergie, mais qui élimine en tout cas la pollution sonore et la pollution de l'air là où circule le véhicule. Une bonne chose pour nos environnements urbains mais qu'il convient de mesurer avec sérieux pour savoir si ce scooter est plus ou moins polluant qu'un scooter thermique "standard".

En attendant une annonce officielle, on garde l'œil ouvert pour le prochain véhicule candidat à la mobilité silencieuse de demain !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.