Honda va sortir dix modèles électriques d’ici 2025

Honda va sortir dix modèles électriques d’ici 2025
Honda va sortir dix modèles électriques d’ici 2025

, publié le 26 septembre

Le résumé de la conférence de presse Honda est clair : le virage électrique est bien amorcé. On avait déjà eu l'information en mars dernier avec la CRF-E2, mini moto électrique pour les moins de 45 kg, mais on attendait depuis le reste des véhicules grand public conçus et construits par Honda.

L'ambition générale est tout aussi claire : atteindre la neutralité carbone d'ici 2040. Accélérer l'électrification de ses modèles est la priorité tout en continuant d'améliorer ses moteurs à combustion interne. Pourquoi cette « demi mesure »?

L'électrique d'aujourd'hui impose des contraintes de poids et de prix. Alors la position de la marque se reflète dans son plan d'action : développer des modèles électriques plutôt urbains là où la demande est très élevée tout en continuant les efforts sur les moteurs à combustion interne en matière de consommation de carburant, mais aussi de type de carburant utilisé pour conserver une cohérence et des modèles abordables. Sur certains marchés comme au Brésil, Honda a déjà commercialisé un modèle flexfuel (E100) et veut commercialiser des modèles similaires en Inde à partir de 2023.

Dix modèles électriques, dont 7 scooters ! Vous vous en doutez en voyant cette diapositive de chez Honda : les véhicules électriques seront majoritairement des véhicules utilitaires, c'est-à-dire des scooters. Deux modèles sont pour le moment annoncés pour le grand public alors que les autres sont destinés au B2B, c'est-à-dire aux flottes de véhicules d'entreprise. Déception pour certains, mais réjouissant pour d'autres. On ne trouvera que 3 modèles équivalents « grosse cylindrée », dont un maxi-scooter qui viendra concurrencer le BMW CE-04, un modèle type powercruiser et un roadster électrique (pour frimer en ville ?).

Fort de son expertise en « Monozukuri » (l'art de concevoir et de produire des objets), Honda s'applique au développement d'une plateforme électrique. Batterie, unité de commande et moteur la composent et devraient procurer les mêmes sensations que les motos à moteur thermique, d'après la marque.

Batteries oui, mais standardisés Honda participe dans différents endroits du monde à une stratégie de standardisation des batteries. En Thaïlande, les scooters Honda Benly qui équipent la poste locale sont dotés de la batterie interchangeable Honda Mobile Power Pack (MPP) similaire à ce que Taïwan connaît avec Gogoro ou ce qu'on voit timidement s'installer en France avec Zeway. En Indonésie également, le partage des batteries MPP est disponible pour les particuliers à Bali et au Japon, un service devrait voir le jour cet automne grâce à une collaboration entre Honda, Kawasaki, Suzuki et Yamaha.

La stratégie de la marque japonaise semble être la suivante : un système standardisé de batteries interchangeables plutôt pour les flottes de véhicules professionnels et des batteries fixes pour les particuliers.

La marque devrait d'ailleurs bousculer le marché grâce à l'utilisation de batteries solides développées en interne. Cette technologie est en recherche chez nombre de concurrents et pourrait mener Honda à la pointe de la modernité d'ici quelques années. Plus légères et ne contenant pas de cobalt, les batteries solides seraient jusqu'à trois fois plus denses en énergie. Un bond en avant vers une mobilité douce encore plus propre et écologique et vers la démocratisation de l'électrique, puisque moins chère à produire.

Business : c'est vous le produit L'activité des constructeurs de véhicules repose sur la vente de véhicules, une activité non récurrente. Vous devenez propriétaire de votre véhicule et pouvez en disposer pendant le temps que vous voulez ou pouvez. Pourtant, les marques et concessionnaires sont rentables grâce aux révisions des véhicules, la vente d'accessoires et plus récemment le leasing ou la LOA (location avec option d'achat). En somme, des services optionnels qui assurent des revenus récurrents.

Honda semble vouloir retirer l'optionnel de l'énoncé. Son modèle de financement sur le secteur électrique proposera le matériel et le logiciel combinés. Une solution intéressante, car cela peut améliorer le fonctionnement grâce à une meilleure intégration de l'électronique embarquée et une connectivité évolutive, mais impliquera peut-être un modèle par abonnement.

Le tout abonnement : menace ou bienfait ? On a vu BMW proposer sur ses voitures des options en location à durée limitée (avec option d'achat). Cela pourrait bien arriver sur les motos, mais aussi sur la future gamme électrique de Honda. Si l'on comprend bien la logique du constructeur nippon, on pourrait devoir payer pour accéder à certaines fonctions comme connecter son téléphone, disposer du guidage ou encore avoir les poignées chauffantes l'hiver. Une dépendance qui peut être mal vécue, surtout qu'elle est financièrement en faveur du constructeur. Mais des questions se posent : mon scooter électrique pourra-t-il encore démarrer si je n'ai pas payé mon abonnement ? Le même scooter dans 15 ans pourra-t-il encore être connecté si le constructeur n'édite plus de mise à jour ? Tesla a récemment commencé à brider les capacités de ses batteries pour les clients les moins fortunés. Ces pratiques sont-elles au menu sur nos futurs deux-roues électriques ?

Un ancien deux-roues thermique, pour autant qu'il soit produit en suffisamment d'unités, conserve une réparabilité certaine aujourd'hui. Les pièces d'usure et les consommables sont fabriqués par d'autres entreprises. Un véhicule n'était qu'un assemblage de pièces mécaniques. Avec le couplage matériel - logiciel et la multiplication des circuits informatiques dans les véhicules, une immense question est posée concernant la réparabilité et le recyclage desdits véhicules.

Cet article ne serait pas complet sans parler des avantages d'un tel fonctionnement orienté service. Connaissant la réputation de Honda en matière de fiabilité (ex. : garantie 5 ans), la durée de vie des produits devrait être étendue grâce aux mises à jour qui viendront améliorer ou corriger le véhicule pendant son utilisation. En tant que client, on peut même s'imaginer faire sa révision directement depuis son smartphone.

Honda s'adapte donc à l'air du temps en pivotant de modèle économique sur sa gamme électrique. Deux chemins s'ouvrent en procédant à ce changement : prendre les clients pour des vaches à lait ou proposer des produits plus durables et fiables. On espère que le constructeur japonais prendra le plus vertueux. Pourtant, on doit garder en tête qu'une entreprise dans notre système économique mondialisé a pour but premier de réaliser des profits. Affaire à suivre…

Vos réactions doivent respecter nos CGU.