Famel E-XF : un café racer électrique à l'ancienne

Chargement en cours
Famel E-XF : un café racer électrique à l'ancienne
Famel E-XF : un café racer électrique à l'ancienne
1/5
© motoservices.com

, publié le 19 avril

Famel, ça ne vous dit peut-être rien, est née au Portugal en 1949, pour d'éteindre en 2002 après un demi-siècle de production de cyclomoteurs mus par des moteurs de différentes marques, principalement Zündapp. Aujourd'hui, comme Saroléa la Belge depuis 2014 (voir ici leur dernière moto) ou Pursang l'Espagole en 2020, la marque est relancée en son pays, le mouvement des "mobilités électriques" et de la "production locale et durable" adorant s'emparer des héritages à dépoussiérer au fond du grenier. 

Héritière de la XF-17 Alors voilà, le "Famel de la nouvelle ère" a choisi l'un de ses modèles emblématiques, la XF-17 de 1975 mue par Zündapp, pour renaître en E-XF, et c'est plutôt réussi.

Cet équivalent 50 embarque un moteur électrique dans la roue arrière, offrant 5 kW (6,8 ch) de puissance en crête et une vitesse maxi de 70 km/h (débridée, sinon 45 km/h), avec une batterie de 2,9 kWh et une autonomie annoncée de 70 km. 

Elle est d'ores et déjà proposée en pré-commande à 4100 EUR sur le site Famel.pt, pour une commercialisation prévue en 2022. Vous signez ?

Voici le mot du responsable de Famel, Joel Sousa : 

«Le retour en tant que marque portugaise de motos électriques a été une décision difficile en raison de l'héritage et de la culture établis, mais nous avons embrassé cette mission pour un avenir plus propre et représentons nos générations à venir qui seront également nos pilotes.

«Nous aurions pu choisir la manière la plus évidente de mettre un moteur à essence. Peut-être que pour le Portugal, cela aurait plus de sens, mais nous devons être plus ambitieux et projeter la marque à l'étranger, en commençant immédiatement à implanter l'entreprise en Europe. Cela ne peut être réalisé qu'avec un produit innovant et avec un énorme potentiel d'évolution sur des marchés tels que les cyclomoteurs et les motos électriques, qui sont toujours ouverts et en croissance rapide.

Nous entrons maintenant dans une deuxième phase qui sera la plus critique pour reconstruire la marque : l'industrialisation et la commercialisation ; il y aura d'énormes défis, mais nous sommes convaincus que les pré-réservations nous donneront des indications très positives. Nous devrons également faire participer des investisseurs stratégiques et des partenaires qui partagent la même vision de la marque en la faisant connaître dans le monde entier. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.