Dossier

Le marché de l'autopartage se structure

L'autopartage, aussi appelé car-sharing, connaît une progression étonnante. À l'heure où les grandes villes veulent faire sortir les voitures thermiques des villes, le phénomène de l'autopartage séduit autant les utilisateurs que les municipalités. Si bien que l'offre se diversifie tout en s'adaptant aux besoins du plus grand nombre.

9. Une offre à développer, des mentalités à faire évoluer

Une offre à développer, des mentalités à faire évoluer©D.R.

publié le 26 février

Malgré des acteurs dynamiques et des offres toujours plus nombreuses, l'autopartage reste encore marginal. D'ailleurs, l'étude 6t indique que les usages ne décollent pas.

La faute à des mentalités qui doivent évoluer et une offre encore trop focalisée sur les grandes villes. En effet, sur les 228 opérateurs présents sur le marché, 62 % d'entre eux se focalisent sur une seule ville. Mais l'autopartage reste un levier majeur pour les agglomérations qui souhaitent réduire l'usage de la voiture individuelle, puisque ces services persuadent la moitié de ces utilisateurs à revendre au moins l'un de leurs véhicules. Toujours selon l'étude 6t l'autopartage en boucle permettrait de réduire le parc automobile de 12 500 à 20 000 voitures. Une goutte d'eau à l'échelle de la France qui compte près de 32 millions de véhicules en circulation...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.