Dossier

Véhicule autonome : c'est pour quand ?

La voiture qui se conduit toute seule, c'est un vieux serpent de mer. Dès les années 1950, les auteurs de science-fiction, mais également certains constructeurs férus de concept-cars futuristes, évoquaient cette possibilité. Mais, 70 ans plus tard, aucun modèle disponible à la vente ne peut se passer totalement d'un conducteur. Alors, quand la réalité atteindra-t-elle la fiction ?

Sommaire du dossier

2. Où en est la voiture autonome ?

Où en est la voiture autonome ?©Mercedes

publié le 23 mai

Les années 2010 ont été celles des concept-cars intégrant la conduite autonome. Rares étaient ceux à ne pas promettre de déambuler sans l'aide du conducteur. On nous promettait d'ailleurs de tels modèles en série à l'horizon 2020-2025. Nous sommes désormais en 2022 et, en ce qui concerne la voiture de Monsieur et Madame Tout-le-monde, la réalité est encore très éloignée de ces belles promesses. Une large part des modèles commercialisés proposent toutefois, parfois en option mais souvent en série, un dispositif répondant aux critères du niveau 2 de la conduite autonome. Les autos ainsi équipées sont capables, principalement sur autoroute, de rester dans leur voie de circulation, d'accélérer et de freiner, arrêt complet et redémarrage compris, en fonction de la densité de la circulation ou encore d'engager une manœuvre de dépassement, si les conditions le permettent, dès que le conducteur enclenche le clignotant.

A lire aussi

En 2017, lors de la présentation de l'actuelle génération d'A8, Audi avait assuré de l'arrivée imminente d'un dispositif de conduite autonome de niveau 3. Baptisé AI Traffic Jam, il était censé permettre au conducteur de pouvoir lâcher le volant et laisser faire la voiture jusqu'à 60 km/h et sur les routes dotées d'un terre-plein seulement. Trois ans plus tard, la marque aux Anneaux fait marche arrière et annonce que l'AI ne sera pas déployé sur cette A8, officiellement faute d'une cadre légal précis concernant le niveau 3 de la conduite autonome.

Un pas en avant est toutefois fait en décembre 2021. Mercedes annonce alors que les autorités allemandes viennent d'homologuer son système de conduite autonome de niveau 3, en vertu de la norme UN-R157, entrée en vigueur en février 2021. Dans les prochaines semaines, il sera donc possible, dans les pays qui ont adopté une législation locale reprenant cette norme établie par les Nations Unies, de passer commande d'une Classe S ainsi équipée. Ce devrait être le cas d'ici à la fin de l'année en ce qui concerne l'Hexagone. Le constructeur allemand grille ainsi la politesse à Tesla, qui avait assuré pouvoir être la première marque à commercialiser un tel dispositif. Dans la foulée de Mercedes, le groupe BMW, associé avec le franco-italien Stellantis, proposera la conduite autonome de niveau 3 dès 2024.

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.