Dossier

Tesla peut-il rester le roi de la voiture électrique ?

Quasiment inconnu il y a encore 15 ans, Tesla voit désormais son nom devenir aussi emblématique de la voiture électrique que Frigidaire l'est pour les réfrigérateurs. Mais sa position dominante est de plus en plus contestée par des constructeurs automobiles bien plus établis.

Sommaire du dossier

3. Les grands du secteur répliquent

publié le 8 mars

La politique de Tesla pour conserver la main sur la distribution et l'après-vente a tout de même un revers, l'impossibilité d'offrir un maillage aussi complet du territoire que celui des autres constructeurs. Ainsi, en France, il n'existe que 13 points de vente et 9 ateliers. C'est plus de 10 fois moins que chacune des marques allemandes premium. Et c'est justement d'elles que vient le plus gros danger pour Tesla. Audi, BMW et Mercedes commencent, en effet, à attaquer sérieusement le constructeur américain. La Model S se retrouve ainsi face à l'Audi e-Tron GT et, d'ici quelques mois, la Mercedes EQS tandis que BMW ne cache pas son intention de dériver une i7 de la prochaine génération de Série 7. Model X (Audi e-Tron et e-Tron Sportback, et future Mercedes EQ GLS), Model 3 (future BMW i4) et Model Y (BMW iX3, Mercedes EQC et futur Audi Q4 e-Tron) ne sont pas épargnés. Quant à la prochaine Model C, elle aura fort à faire face aux Citroën ë-C4, Nissan Leaf, Volkswagen ID.3 ou encore la prochaine Renault Mégane électrique. Toutes ses rivales auront pour elles leur image plus solide auprès du grand public, des réseaux largement plus développés et, dans nombre de cas, des tarifs plus abordables.

A lire aussi

Pour lutter, la gamme Tesla ne pourra pas compter sur la qualité de fabrication, très souvent décriée quel que soit le modèle. Il suffit de lire les commentaires de propriétaires de Model S sur le vieillissement de l'intérieur de leur auto ou ceux des premiers clients livrés de leur Model 3 ou de leur Model Y pour être largement refroidi. D'autant que les rapports, (trop ?) largement médiatisés, des problèmes de certaines fonctions innovantes, tels que l'Autopilot, ont également de quoi inquiéter certains acheteurs potentiels. Et ce, même si, à ce stade, rien ne permet d'affirmer que l'électronique des Tesla se montre moins fiable que celle de leurs rivales. Mais la politique de sur-médiatisation, largement entretenue par Elon Musk lui-même, amène à de tels revers.

Dernier point, et non des moindres, même si Tesla est aujourd'hui rentable, la santé financière reste potentiellement fragile, les investissements exigés pour le développement et le renouvellement continu de la gamme restant conséquents. Rien ne met donc le constructeur à l'abri d'une faillite qu'il a, par ailleurs, déjà tutoyée. Un tel scénario laisserait alors les propriétaires de ces véhicules quasiment sans possibilité de l'entretenir ou de le réparer.

Chargement en cours
Audi E-tron GT quattro
Audi E-tron GT quattro
1/2
© Audi

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.