Dossier

Le marché de l'autopartage se structure

L'autopartage, aussi appelé car-sharing, connaît une progression étonnante. À l'heure où les grandes villes veulent faire sortir les voitures thermiques des villes, le phénomène de l'autopartage séduit autant les utilisateurs que les municipalités. Si bien que l'offre se diversifie tout en s'adaptant aux besoins du plus grand nombre.

1. La guerre est annoncée

La guerre est annoncée©D.R.

publié le 26 février

Les grandes villes veulent se débarrasser des voitures thermiques coûte que coûte. Et les hostilités sont déjà annoncées. À Paris, l'interdiction de rouler avec des voitures diesel est prévue pour 2024, pendant que l'île de France prévoit une échéance aux alentours de 2030, à l'instar de certaines grandes villes, telles que Grenoble, qui suffoquent. D'ailleurs, à l'approche des municipales, Anne Hidalgo annonce clairement que c'est la fin de l'automobile à Paris, si bien qu'elle veut supprimer 60 000 places de stationnement dans la capitale afin d'achever les derniers automobilistes qui pensent encore pouvoir y rouler...

A lire aussi

Mais comment continuer à faire transiter au quotidien ces millions de Franciliens qui doivent se rendre au coeur des villes, ne serait-ce que pour aller travailler ? Les transports en commun font partie de cette équation, tout comme les engins de mobilités douces (trottinettes, vélos, etc.), mais cette offre de transport ne peut pas répondre à tous les besoins.

1 / 9

suivant

Vos réactions doivent respecter nos CGU.