Dossier

La Semaine européenne de la mobilité

La Semaine européenne de la mobilité se déroule du jeudi 16 au 22 septembre, offrant aux municipalités de toute l'Europe l'opportunité d'initier leurs citoyens au thème de la « Mobilité durable ». Et cette année, le thème est "La sécurité et la santé grâce à la mobilité durable". Un thème qui rend hommage à la difficile période de la pandémie de COVID-19.

Sommaire du dossier

2. Des villes qui s'inscrivent positivement dans cette démarche

Des villes qui s'inscrivent positivement dans cette démarche©D.R.

publié le 15 septembre

De nombreuses villes et collectivités jouent le jeu. C'est notamment le cas de Metz Métropole, la Ville de Metz et leurs partenaires qui vont proposer tout au long de cette semaine des balades à vélo sur le plateau de Frescaty, des visites touristiques, des bourses aux vélos ou encore des promenades urbaines afin de s'informer sur les bonnes pratiques de mobilité. En outre, des ateliers seront présents afin de faire réparer son engin de mobilité.

A lire aussi

Dans la ville rose de Toulouse, un village sera installé sur le square Charles-de-Gaulle. L'occasion d'en savoir plus sur les partenaires de Toulouse Métropole qui promeuvent les mobilités douces : Tisséo, VélôToulouse, SNCF, la Région Occitanie, Citiz, Iodines, l'association Prévention Routière, l'association Être mobile, c'est permis et La Maison du Vélo. À proximité, dans le village de Mondonville, c'est l'initiative « allons au travail en vélo ! » qui sera mise à l'honneur. L'idée est de convaincre les Mondonvillois travaillant à Blagnac de faire le trajet à vélo ! Même chose du côté de Lorient, avec des trajets de plus de 3 km qui seront programmés, avec des rando-roulettes à destination des rollers, patins à roulettes, trottinettes, skateboards, poussettes et vélos. Mais aussi des ateliers destinés à la réparation et à l'inauguration de voie piétons-vélos.

Dans le sud de la Corse, la ComCom a décidé d'organiser plusieurs événements pour mettre à l'honneur les moyens de locomotion alternatifs à la voiture. Ici la volonté n'est pas de proposer une simple offre de transport en commun, mais de proposer une mobilité plus adaptée aux besoins des habitants ainsi qu'aux touristes. Ainsi, l'offre proposée quadrillera la région afin de desservir le plus de villages, tout en offrant la possibilité de mettre en avant le patrimoine. Et cela va s'accompagner du développement d'une mobilité multi modales capables de répondre aux besoins de tous.

En île de France, Saint-Quentin-en-Yvelines (SQY) profite de l'occasion pour dévoiler son nouveau schéma directeur cyclable. Ce plan établi sur dix ans présentera les 246 kilomètres de nouvelles voies cyclables qui verront le jour dans les 12 communes de l'agglomération, s'ajoutant aux 420 kilomètres déjà existants, avec pour objectif de doubler la part modale du vélo. La RATP va aussi expérimenter le bus autonome. Ce dernier a également été testé de nuit sur la ligne 393, en présence d'un safety driver. Ce bus standard se distingue par la présence de 5 capteurs (2 lidars, 2 radars, 1 caméra) et offre 18 places assises. Autonome, il va être progressivement expérimenté de jour, en cohabitation avec des bus classiques de la ligne, avant de pouvoir transporter des voyageurs à l'automne 2022. Grâce à ce bus autonome, la RATP souhaite, à terme, désengorger la ligne 393 qui transporte quotidiennement 20 000 voyageurs sur 12 kilomètres reliant 6 communes (Thiais, Choisy-le-Roi, Créteil, Valenton, Bonneuil-sur-Marne et Sucy-en-Brie).

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.