Dossier

La moto électrique a le vent en poupe

Les motos électriques ne font pas - dans tous les sens du terme - beaucoup de bruit. Et pourtant ! C'est un mode de transport prometteur qui semble réunir bon nombre des facteurs désirables depuis quelques années.

4. Des aides à l'achat

Des aides à l'achat

publié le 2 avril

Pour lever les freins à l'achat, il faut torde le cou aux idées reçues. Et, heureusement, la moto électrique possède de nombreux atouts en sa faveur. Ainsi, si l'on compare les coûts économisés tels que la maintenance, le carburant, l'assurance, la carte grise ainsi que les primes gouvernementales, le coût cumulé d'une moto électrique est comparable à une moto thermique, voire moins cher. Dans d'autres pays, tels que les Pays-Bas, les aides peuvent représenter jusqu'à la totalité du coût de la moto. Ces aides sont mises en place via des subventions "MIA" (réduction sur les investissements environnementaux) et "VAMIL" (amortissement progressif sur les investissements environnementaux) en faveur des entreprises. Dans le meilleur des cas, ces subventions permettent presque d'atteindre le prix du véhicule. Tout dépendra des caractéristiques de l'entreprise (type, revenus...). Avec un avantage indéniable : plus on conduit une moto électrique, plus on économise.

A lire aussi

En France, la prime gouvernementale est nettement moins avantageuse, puisqu'un deux roues dont la puissance moteur nominale est inférieure à 2 000 Watts (soit un équivalent 50 cm3) est de 100 euros maximum. Dès lors que la puissance de la moto est supérieure ou égale à 2 000 Watts, le Bonus Ecologique 2021 peut atteindre un maximum de 900 €. Notez toutefois que celui-ci est réservé à l'ensemble des catégories de véhicules (équivalent 50, 125 cm3 et plus). De fait, le montant est fixé à 250 € par kWh d'énergie embarquée dans la batterie, mais ne pourra dépasser 27 % du coût d'acquisition du véhicule, toutes taxes comprises, ou le plafond de 900 €.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.