Dossier

Les pièges des LOA et LLD

Adoptée depuis longtemps par nos cousins nord-américains et britanniques, la location automobile perce, enfin, dans l'Hexagone. Rouler en permanence dans une voiture neuve pour un loyer modéré, c'est, en effet, tentant... mais pas sans risques.

Sommaire du dossier

1. Une nouvelle façon de consommer la voiture

Une nouvelle façon de consommer la voiture©D.R.

publié le 3 décembre

En France, il existe deux formules de location automobile : la Location avec Option d'Achat et la Location Longue Durée. Deux contrats qui ne diffèrent que sur un point majeur : la possibilité (LOA), ou non (LLD), de racheter la voiture en fin de contrat. Mais louer plutôt qu'acheter, quel intérêt ? Il s'agit de vous faire payer, non plus la valeur totale d'une auto, mais simplement sa décote, c'est-à-dire la différence entre sa valeur neuve et celle qu'elle aura lors à la fin du contrat. En toute logique, la location réclame donc des versements mensuels, appelés ici loyers, beaucoup moins importants que ceux d'un crédit sur une durée équivalente. Une fois arrivé à la fin de la location, il suffit de rendre la voiture au concessionnaire. Aucune obligation n'est faite d'en racheter ou d'en louer une. Changer de modèle, de marque ou... de moyen de transport n'a jamais été aussi simple.

A lire aussi

Ce raisonnement, ce sont aujourd'hui plus de 4 acheteurs de voiture neuve sur 10 qui le tiennent. Si eux voient la facilité avec laquelle on change de voiture, les constructeurs y ont, eux aussi, un intérêt. Et même deux. D'une part, ils vous font changer plus souvent d'auto. Les contrats de LOA/LLD sont majoritairement de 3 ans alors, qu'en cas d'achat ferme, un automobiliste conserve son auto plus de 4 ans. D'autre part, les voitures ainsi récupérées deviennent une nouvelle source de revenus puisqu'elles sont revendues (ou relouées puisque ces formules existent aussi désormais pour les voitures de seconde main) en tant que modèles d'occasion.

Sur le papier, les LOA/LLD paraissent idéales. Pas question, pour autant, d'opter pour elles les yeux fermés.

1 / 3

suivant

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.