Dossier

Pourquoi sommes-nous agressifs au volant ?

L'agressivité des conducteurs est un véritable enjeu de sécurité routière. Selon une étude récente, plus d'un conducteur sur 10 serait très agressif au volant et certains reconnaissent même que ce comportement a été la cause directe d'un accident entrainant des victimes.

Sommaire du dossier

3. Un comportement punissable

Un comportement punissable©D.R.

publié le 20 novembre

Le législateur ne laisse évidemment pas impunie la plupart des fautes commises sous l'impulsion de la colère. Le non-respect des distances de sécurité est passible d'une amende de 135 € et de la perte de 3 points. C'est le même tarif pour une queue de poisson, mais cette dernière peut être punie, en complément, d'un retrait de permis allant jusqu'à 3 ans. « Bruler » un feu rouge, un stop ou un cédez-le-passage, c'est également un PV de 135 €, mais assorti, cette fois-ci, de 4 points en moins. Un retrait de permis de 3 ans maximum peut, là aussi, être prononcé en sus de ces deux peines.

A lire aussi

Mais les sanctions peuvent être encore beaucoup plus lourdes si elles ne sont pas directement liées à l'usage de l'automobile. Injurier un autre conducteur publiquement peut ainsi vous valoir jusqu'à 12 000 € d'amende. Le frapper entre sous le coup de sanctions pénales : 750 € s'il n'y a ni blessure, ni lésion, mais jusqu'à 3 ans de prison et 45 000 € d'amende si cela provoque plus de 8 jours d'arrêt de travail. Et c'est sans parler des conséquences en cas d'infirmité permanente (10 ans de prison et 150 000 € d'amende maxi.) ou de décès (jusqu'à 15 années d'emprisonnement).

Devenir agressif en conduisant n'est, heureusement, pas une fatalité. Ce comportement se manifeste ainsi beaucoup moins souvent et/ou beaucoup moins rapidement lorsqu'un conducteur est accompagné. Et c'est encore plus vrai lorsque les passagers sont ses propres enfants (dans ce cas, plus de 6 conducteurs sur 10 disent ne rien laisser paraitre de leur colère, selon l'étude de la Fundacion Linea Directa). Quasiment un conducteur sur deux déclare que risquer le retrait immédiat de son permis ou l'immobilisation de son véhicule aurait les mêmes vertus. Mais le plus efficace serait sans doute que la formation à la conduite inclue une formation à la courtoisie au volant. On peut également imaginer que des stages réguliers (organisés par les assureurs ?) permettraient de réintégrer périodiquement l'intérêt de rouler zen. Autre possibilité, simplement laisser passer le temps, l'agressivité au volant diminuant avec l'âge.

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.