Dossier

Le désamour pour le diesel est-il justifié ?

Si, au fil des décennies, les goûts automobiles des Français n'ont cessé d'évoluer, jamais il n'y avait eu de mouvement aussi brutal que la chute actuelle des ventes de diesel. L'adage voulant que tout ce qui est excessif est insignifiant, ce rejet est-il réellement justifié ?

Sommaire du dossier

1. Un bond de 17 ans en arrière

Un bond de 17 ans en arrière©DR, DR

publié le 13 février

Les ventes de voitures diesel qui représentent moins d'une immatriculation sur deux dans l'Hexagone, cela n'était plus arrivé depuis l'an 2000. Pourtant, en janvier, seuls 47,8% des voitures mises en circulation dans notre pays se nourrissent de gasoil. Loin d'être un accident, ce chiffre montre une tendance de fond, qui a débuté en 2012 mais a été accentuée par une succession d'annonces peu réjouissantes. La première salve a été tirée par l'Organisation Mondiale de la Santé, en 2012. Cette année-là, cet organisme classe le diesel parmi les cancérogènes certains pour l'humain.

A lire aussi

La véritable bombe, c'est le scandale Volkswagen. En septembre 2015, une ONG américaine démontre que certains modèles TDI vendus aux Etats-Unis par le géant allemand sont dotés d'un logiciel leur permettant de détecter les moments où ils subissent un test d'homologation. Ils activent alors au maximum leurs dispositifs de dépollution. Mais, en dehors de ces phases, ces véhicules dépassent très largement les normes, entrainant une pollution conséquente. Rapidement, d'autres constructeurs sont soupçonnés d'avoir recours à de tels stratagèmes, provoquant l'ouverture de nombreux dossiers judiciaires dans plusieurs pays. Des dossiers aujourd'hui toujours en cours.

L'occasion est alors trop belle pour certains politiques peu au fait de la chose automobile de mettre en accusation ce carburant longtemps favorisé. Suivant les déclarations des uns et des autres, on parle ainsi de restrictions de circulation, voire d'une interdiction totale de ces autos à l'horizon 2025. De quoi, effectivement, inquiéter les automobilistes sur le point d'acquérir une nouvelle voiture.

1 / 3

suivant

Sommaire du dossier

 
232 commentaires - Un bond de 17 ans en arrière
  • avatar
    jould -

    Il n'y a pas de désamour il y a un etat voyoux qui nous a incité pendant des années a acheter diesel et qui aujourd'hui surtaxe honteusement ce carburant

  • avatar
    titou5 -

    tous cela est comme d'habitude, une histoire de gros sous et de racket d'état, rien d'autre

  • avatar
    CCK -

    le diesel c est tabou , on en viendra tous à bout,

    Y'a pas photo , je roule avec une voiture TURBO ESSENCE , avec de l'E85 ( ethanol ) à 59 cts le litre , controle pollution inferieur à la norme !!!

    Bon , c'est un peu normal c'est PAS une voiture francaise

  • avatar
    CCK -

    vous etes idiot ou quoi , si les ventes de diesel baissent c'est parce que le gouvernement va augmenter le prix a la pompe du gasoil , de plus comme l'entretien est plus cher sur un diesel , quel interet d'acheter un tel vehicule maintenant

    avatar
    bernardo4 -

    Il faut vous informer avant de commenter, l'entretien d'un diésel n'est pas plus élevé qu'un essence, à terme le tarif du gazole sera égal à celui de l'essence, par contre la consommation d'un diésel reste moins élevée d'environ 20%. Pour un grand rouleur le gazole est encore à ce jour plus intéressant que l'essence.

  • avatar
    zaber -

    La moitié des particules fines en région parisienne proviennent de l’agriculture.. Mais les agriculteurs hein..? ils ont intouchables.. Une bonne partie provient des cimenteries, mais on n'en parle jamais parce que quand le bâtiment va....
    Alors le Diesel en produit aussi bien sûr, mais l'essence également, plus une foule de petites sources bien cachées.
    Mais c'est tellement facile de pomper les automobilistes, pourquoi s'en priver..? ^^

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]