Dossier

Bonus-Malus écologique 2018 : une addition plus lourde

Une fois de plus, le barème du bonus/malus écologique sera revu le 1er janvier prochain. Et, une fois de plus, de plus en plus d'automobilistes devront s'acquitter d'un malus tandis que les bonus seront attribués avec plus de parcimonie.

Sommaire du dossier

1. Toujours le seul CO2 comme base de calcul

Toujours le seul CO2 comme base de calcul©D.R., D.R.

publié le 11 décembre

Le 1er janvier 2018, le barème du bonus/malus écologique fêtera son dixième anniversaire. Instauré dans la foulée du Grenelle de l'environnement, il a pour vocation d'inciter les automobilistes français à acquérir des voitures toujours moins émettrices de CO2. Et c'est là que se trouve le premier « hic ». Le CO2 étant un gaz à effet de serre, et non pas un polluant, l'utiliser comme base pour récompenser et punir les acheteurs de voiture neuve au titre de l'écologie est un non-sens. Autre incohérence, il favorise alors les voitures diesel, de préférence sans filtre à particules puisque celui-ci augmente la consommation et donc les rejets de CO2, et a, à n'en pas douter, contribué à accélérer les problèmes de particules fines contre lesquels les dirigeants actuels de la France prétendent lutter.

A lire aussi

Dès l'origine, il était prévu que le système devait s'autofinancer, c'est-à-dire que les sommes perçues au titre de malus devait, au moins, couvrir les sorties nécessaires au paiement des bonus. Le nombre de voitures « propres » achetées chaque année dans l'Hexagone progressant fortement, il a donc fallu à la fois baisser le barème incitatif tout en augmentant celui des « punitions ».

1 / 3

suivant

Sommaire du dossier

 
86 commentaires - Toujours le seul CO2 comme base de calcul
  • avatar
    CabredouRove -

    c'est vous qui avez voté pour eux, donc ne venez pas vous plaindre!
    Moi je garde mon Hilux, pour transporter la cellule de camping car !

  • avatar
    pascalou001 -

    Dire que le CO2 on pourrait s'en servir de matière première par la formule de synthèse brevetée et développée par BFS utilise des composants comme l’énergie solaire (comme source principale d’énergie), la photosynthèse et les champs électromagnétiques associés aux propriétés organiques du phytoplancton (micro-algues marines) pour convertir le CO2 issu des rejets industriels, en une biomasse puis en un pétrole artificiel similaire au pétrole fossile, sans soufre et sans métaux lourds.

  • avatar
    isatis -

    Il n'y aura pas d'impôt supplémentaire, qu'ils disaient, juste des taxes en augmentation.

    avatar
    Eustache_Latrompe -

    Ils jouent sur les mots, pas moi! et je les considère comme des voleurs.

  • avatar
    PICOTA -

    le CO2 une pompe à fric pour l'ETAT !! sous prétexte d'écologie, on vous vide notre porte monnaie !!! la vignette va bientôt être de retour !!!
    tous les jours, on me dérange au téléphone pour faire le bilan énergétique, écologique de ma maison au point de me demander si ma maison est encore bien à moi !! on me dit que le prix de mon énergie va être fixé en fonction de ce bilan !! on me fait croire que c'est obligatoire et que je serais sanctionné !!!
    M. Hulot, soyez utile en envoyant un courrier à tous les citoyens pour les informer de leurs droits et obligations en la matière !!! Ne nous jetez pas dans les mains d'un tas de charlatant !
    je sais que ces boîtes se font du beurre en acquérant et revendant ces certificats "CO2" !!

  • avatar
    Non_mais -

    Ils peuvent dire et faire ce qu ils veulent , je reste diesel . Ma voiture 1.7 l diesel 110 cv conso de 5.2 litres au 100 KM. La meme en essence 12 l itres au 100 KM

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]