Dossier

En villes, quelles alternatives à la voiture particulière ?

Désormais indésirable dans la plupart des métropoles, la voiture cède, peu à peu, la place à de nouvelles formes de mobilité. Mais toutes ne se révèlent pas aussi pertinentes et pratiques.

Sommaire du dossier

2. Toujours en voiture, mais partagée

Toujours en voiture, mais partagée©Richard Eriksson

publié le 21 janvier

Si l'on songe que la voiture est le moyen de transport idéal lorsqu'il s'agit de transporter personnes et objets, y compris en ville, l'auto-partage sonne comme une évidence. Cette formule consiste à mettre une flotte de voitures à dispositions du public pour des locations allant de quelques minutes à quelques heures. Les avantages, par rapport à la location courte durée classique, résident dans la possibilité de prendre une voiture sans réservation préalable, d'en disposer 24h/24, sans paperasse à remplir à chaque fois et avec la possibilité, dans certains cas, de la laisser dans un endroit différent de celui où on l'a prise.

A lire aussi

A Paris, Bordeaux, Nice, Lyon... et dans des dizaines d'autres villes de l'Hexagone, le grand public est désormais coutumier de ses autos mises à la disposition de chacun. L'exemple le plus connu dans ce genre est assurément la défunte Autolib' parisienne. Ce dispositif, mis en place à Paris et dans de nombreuses villes de la proche banlieue, était l'œuvre du groupe Bolloré. Si la formule paraissait adaptée à cette zone (des voitures de petit gabarit, électriques de surcroit), l'infrastructure nécessaire (plus de 4 000 voitures et environ un millier de stations, installés sur la voie publique) engendrait une logistique et des coûts conséquents qui auront eu raison de cette entreprise. Plus flexible, les formules qui consistent à pouvoir déposer les autos sur n'importe quelle place de stationnement ont la préférence de plusieurs cités. Quant aux modèles désormais utilisés, ils sont issus des catalogues publics des constructeurs (Citroën C-Zero, Nissan Leaf, Peugeot iOn, Renault Zoé...), réduisant d'autant les coûts. A noter d'ailleurs, qu'il ne s'agit plus systématiquement de petites voitures 100% électriques : selon l'opérateur (Communauto, Ubeeqo, Zipcar...), on trouve des hybrides, des thermiques, des SUV, des familiales, des utilitaires... ainsi, l'autopartage s'adapte à tous les besoins tout en proposant des tarifs raisonnables (5 à 10 €/heure).

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.