Dossier

Bien choisir son assurance

Obligatoire, l'assurance automobile demeure, pour l'automobiliste lambda, une source intarissable de questions. Entre les couvertures que la législation contraint à souscrire, les promotions souvent alléchantes sur le papier, les contrats spéciaux et ceux aux conditions parfois obscures, il n'est, en effet, jamais facile d'opter pour la police la plus adaptée. Voici le détail des points à connaître avant de signer.

2. Tiers et tous risques, quelle différence ?

Tiers et tous risques, quelle différence ?©Shuets Udono, Shuets Udono

publié le 18 janvier

Contrairement à la police au tiers, qui ne couvre donc que les personnes et biens extérieurs à l'assuré, la formule "tous risques" se veut beaucoup plus complète. Même si cette appellation ne répond pas à une définition légale, la quasi- totalité des contrats de ce type couvre tous les dégâts liés à un accident, responsable ou non, au vol ou à un incendie.

A lire aussi

Sont généralement inclus les bris de glace, les catastrophes naturelles et écologiques, les tempêtes ainsi que les attentats et actes de terrorisme. Cette formule est, naturellement, à privilégier si l'on est propriétaire d'une voiture récente ou ayant encore une valeur élevée. Elle est même rendue obligatoire par certaines sociétés de financement lorsque leur produit comprend une "perte financière" (une couverture spécifique aux établissements financiers qui assurent, en cas de vol ou de destruction, une indemnité complémentaire à celle versée par l'assureur). Aux contrats "tous risques" peuvent venir se greffer toute une série d'options telles que la garantie panne mécanique, l'assistance dépannage, la voiture de remplacement... Enfin, entre les assurances au tiers et les "tous risques", la majorité des compagnies et mutuelles proposent maintenant une formule tiers "enrichie" qui reprend dans un contrat de base une partie des privilèges accordés aux contrats "tous risques".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU