Dossier

Promotions constructeur : toujours de bonnes affaires ?

Axe principal des publicités automobiles, les promotions tentent de nous faire croire qu'elles sont toutes intéressantes. Capables de prendre de nombreuses formes, elles sont pourtant loin de toutes se valoir.

Sommaire du dossier

2. Séries spéciales ou limitées : parfois de la poudre aux yeux

Séries spéciales ou limitées : parfois de la poudre aux yeux©DS automobiles

publié le 21 janvier

Même si elles se font de plus en plus rares, ces séries qui se distinguent de la gamme habituelle d'un modèle font encore recette chez quelques constructeurs. C'est le cas, par exemple, des Roadtrip chez Peugeot, disponible sur 208, 2008, 3008…, et des Active chez Volkswagen, proposée sur la Golf, le Tiguan… Elles ont pour vocation d'offrir un supplément d'équipement à un tarif plus alléchant que celui que nécessite, en temps normal, les options équivalentes. D'ailleurs, les marques mettent souvent en avant leur « avantage client », c'est-à-dire la réduction qu'elles offrent sur ces dits-équipements. Sauf que, magie du marketing, cet avantage client est souvent gonflé d'un rabais, d'une offre de reprise « Argus + » ou du bonus écologique… voire de deux ou trois d'entre eux à la fois. Sans compter que ces équipements offerts se limitent parfois à de simples décorations. Par exemple, à la fin des années 1980, la fameuse Peugeot 205 Junior ne se distinguait de la XE qui lui servait de base que par sa sellerie en jean, sa moquette bleue et quelques stickers. Mais elle ne se privait alors pas de faire grimper son prix de quelques centaines de francs. Aujourd'hui, Mini est un grand spécialiste de cet « artifice ». Mais le fait d'avoir une présentation spécifique, même payée à prix d'or, semble convenir à la clientèle de la petite anglaise, toujours prompt à se distinguer de la masse.

A lire aussi

La distinction entre série spéciale et série limitée est une question de production. La première sera inscrite au tarif durant un laps de temps déterminé. Durant ce dernier, le constructeur accepte toutes les commandes qui lui sont passées. A l'inverse, la série limitée fait l'objet d'une production définie en nombre. Dans l'absolu, cette dernière sera plus recherchée en occasion, surtout si elle est proposée à une occasion spéciale, tel qu'un anniversaire.

Dans tous les cas de figure, s'assurer de l'intérêt financier d'une série spéciale ou limitée est assez fastidieux. Il faut comparer sa liste d'équipements de série à celle de la version qui lui sert de base puis chiffrer le coût des équipements supplémentaires et en déduire le surcoût du prix d'achat. Par exemple, pour une série limitée facturée 1 000 € de plus que la finition qui lui sert de base mais dont le montant des équipements supplémentaires représente 1 600 €, le cadeau n'est que de 600 €. Attention également au montant des remises accordées : il est fréquemment moins élevé sur les séries limitées/spéciales que sur les versions « standard », ce qui rogne un peu plus sur le gain qu'il est permis d'espérer des premières.

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.