Dossier

Bien choisir son assurance

Obligatoire, l'assurance automobile demeure, pour l'automobiliste lambda, une source intarissable de questions. Entre les couvertures que la législation contraint à souscrire, les promotions souvent alléchantes sur le papier, les contrats spéciaux et ceux aux conditions parfois obscures, il n'est, en effet, jamais facile d'opter pour la police la plus adaptée. Voici le détail des points à connaître avant de signer.

3. Responsable ou non responsable, qu\'est ce que ça change ?

Responsable ou non responsable, qu\'est ce que ça change ?©D.R., D.R.

publié le 18 janvier

Être considéré comme responsable d'un accident a souvent de lourdes conséquences, même dans le cas d'un accrochage mineur. Cela indique, en effet, que l'assureur du conducteur incriminé est redevable de l'ensemble des frais engendrés.

A lire aussi

Pour l'assuré, cela signifie également que le remboursement de ses propres dégâts sera amputé de la franchise dans le cas d'une assurance "tous risques" ou carrément inexistant pour une police au tiers. Cela entraîne également, sauf exception, l'application d'un malus sur la prime de base du contrat, ce qui mécaniquement augmentera celle-ci à l'échéance suivante mais aussi la possibilité de voir le contrat non renouvelé à ce terme. A contrario, le conducteur non responsable est assuré d'être remboursé de tous ses frais, y compris lorsque son adversaire n'est pas assuré, le Fonds de Garantie Automobile (FGA) assurant les paiements et se chargeant ensuite de recouvrir les sommes auprès du responsable. Dernier cas possible, le partage des responsabilités. Cela signifie que chaque conducteur est fautif ou que les assureurs n'ont pas pu déterminer lequel l'était. Chaque assureur couvre alors la moitié des frais de son assuré et la moitié des frais de l'autre partie. Cela implique également que chaque conducteur devra s'acquitter de la moitié de la franchise et qu'il écopera de la moitié du malus (majoration de 12,5 % au lieu de 25 %). Par ailleurs, sachez que les assureurs ont signé entre eux une convention dite IRSA qui a pour conséquence, dans le cas où le coût des dégâts ne dépasse pas quelques milliers d'euros, que c'est la compagnie ou la mutuelle du non-responsable qui dédommage son client. Et comme les assureurs n'apprécient guère ceux qui leur coûtent, les conducteurs abonnés aux petits accidents et non responsables ont malheureusement autant de risques de voir leur contrat résilié à son échéance qu'un "chauffard". Si vous avez donc subi plusieurs accrochages, même non responsables, ces derniers mois, anticipez la sanction en souscrivant une police chez un nouvel assureur avant que l'actuel ne vous jette dehors, ce qui diminuerait vos possibilités de retrouver un contrat à tarif décent.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU