Dossier

2021 : année cruciale pour les constructeurs français

L'année qui s'annonce sera pleine de défis pour PSA et Renault. Il faudra, bien sûr, faire oublier la crise sans précédent connue en 2020 mais également porter de nouveaux dossiers vers le succès. Leur survie pourrait en dépendre.

Sommaire du dossier

3. Renault : épreuve du feu pour Luca de Meo

Renault : épreuve du feu pour Luca de Meo

publié le 8 décembre

Le nombre de dossiers qui attendent le nouveau PDG de Renault semble bien plus conséquent. Certains sont en bonne voie, tels que l'amélioration des relations avec l'associé Nissan. Makoto Uchida, actuel président du constructeur japonais, est, en effet, bien plus pro-Alliance que ne l'était son prédécesseur. L'abandon des projets du Gouvernement français de vouloir faire de l'Alliance un véritable groupe, ce qui aurait nécessité que Renault prenne totalement la main sur Nissan, est également l'un des facteurs de la fin de la guerre froide entre ces deux groupes. Les projets vont bon train et les synergies entre les gammes de Dacia/Lada/Renault/ Samsung Motors et celles de Infiniti/Mitsubishi/Nissan (Datsun étant condamné à moyen terme) devraient être plus fortes que jamais. L'électrification des gammes se déroule également sans anicroche. Renault est déjà l'un des leaders mondiaux du 100% électrique avec la Zoé et d'autres modèles, équivalents aux Mégane, Kadjar, voire Talisman, devraient rapidement voir le jour. Côté hybridation, le lancement des versions E-Tech des Clio, Captur et Mégane est prometteur. Ces technologies, ce label cachant des motorisations full hybrid et hybride rechargeable, devraient rapidement être étendues aux capots d'autres Renault, mais aussi à certaines Dacia (on pense au remplaçant du Lodgy, sui devrait prendre la forme d'un SUV plus imposant que le Duster) et Samsung. Un déploiement qui va de pair avec l'arrêt progressif du Diesel pour certains modèles (Captur et Scénic dans un premier temps).

A lire aussi

Luca de Meo ne le cache pas : il veut pour Renault une montée en gamme calquée sur celle de Peugeot. Le Losange ne semblant définitivement pas avoir les moyens d'attaquer les catégories supérieures du marché, cette évolution sera surtout visible sur le milieu de gamme avec, notamment, plusieurs nouveaux SUV, dont l'Arkana, qui auront pour tâche de faire oublier les semi-échecs du Kadjar et du Koleos. En revanche, les Talisman et Espace ne seront pas renouvelées, du moins sur le marché européen. Le dossier Alpine est autrement plus épineux, même s'il semble moins crucial pour le groupe. Ainsi, après un très bon départ, les ventes de l'A110 se sont fortement tassées, pour ne pas dire écroulées. Le projet d'une variante découvrable semblant avoir été abandonné et la banque d'organes ne permettent pas aujourd'hui d'aller au-delà des 292 ch de la version, la marque de Dieppe devra sans doute davantage son salut à l'arrivée d'un SUV. Un scénario qui ressemble fortement à celui qu'a connu Porsche au tournant du siècle. Aucune information officielle n'a encore été dévoilée concernant ce modèle qui sera probablement développé à partir d'une plateforme Nissan/Infiniti et devrait proposer une version électrifiée. La présentation de ce modèle inédit devrait avoir lieu en toute fin d'année 2021. Dans cet agenda déjà très chargé, Renault devra également trouver le temps et les ressources pour sauver le soldat Lada, aujourd'hui moribond.

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.