Dossier

Automobile et patrimoine

Comme au tournant des années 1980 et 1990, le marché des véhicules de collection est devenu, pour beaucoup d'investisseurs, une valeur refuge. Une situation qu'ont déplorée tous les véritables amoureux d'automobiles anciennes. Une accalmie se profile-t-elle pour 2020 ?

Sommaire du dossier

4. Quand les constructeurs se lancent sur le marché de la pièce de collection

Quand les constructeurs se lancent sur le marché de la pièce de collection©D.R.

publié le 19 février

Cela paraissait inimaginable il y a encore quelques années. Trop occupés à développer et à vendre des voitures neuves, les géants de l'automobile ont longtemps délaissé ceux qui, pourtant, faisaient vivre leur patrimoine et leur histoire : les collectionneurs. Lorsque ceux-ci devaient effectuer des réparations sur leurs chères autos, ils n'avaient alors pas d'autre choix que de se tourner vers des propriétaires de modèles identiques pour trouver des pièces détachées ou s'adresser à une poignée de spécialistes qui reconditionnaient ou fabriquaient à la demande les éléments défectueux. Aujourd'hui, presque tous âgés de plus d'un siècle, les constructeurs ont désormais compris que leurs modèles les plus anciens étaient un vecteur d'image important, et leurs propriétaires des sources de revenus non négligeables. Aussi, certains ont créé des départements pour fournir certaines pièces destinées aux autos de 30 ans et plus. Le marché de la voiture de collection étant, depuis très longtemps, plus vigoureux de l'autre côté du Rhin que chez nous, ce sont les Allemands qui se sont massivement lancés dans cette aventure.

A lire aussi

Mercedes (encore) est largement à la pointe sur cette niche : le premier show consacré aux véhicules historiques de la marque date de 1936 ! Aujourd'hui, des éléments mécaniques aux selleries, il est quasiment possible de se procurer auprès du constructeur n'importe quelle pièce d'un modèle sorti des chaînes après 1945. Certaines sont même refabriquées en impression 3D. L'équipe consacrée aux véhicules de collection, tous corps de métier confondus, est forte de plus de 150 personnes. Pour commander une pièce, il suffit de s'adresser aux concessionnaires adhérents à ce programme ou de se connecter sur le site internet dédié (partssearch.mercedes-benz-classic.com).

Les rivaux de Mercedes ont évidemment également investi ce marché. Chez BMW, le site shop.bmw-classic.de permet d'avoir accès à plus de 60 000 pièces en stock. Particularité de la marque à l'hélice oblige, celles-ci concernent les autos mais également les motos produites par le constructeur munichois. À quelques kilomètres de là, à Ingolstadt, Audi s'est trouvé face à une tâche encore plus ardue à cause de son histoire mouvementée. À l'adresse trshop.audi.de, le site d'Audi Tradition, on trouve ainsi des pièces pour les Audi modernes, celles fabriquées après la renaissance de la marque en 1965, mais également pour celles d'avant 1945. Le catalogue propose également des références destinées aux DKW, Horch et Wanderer d'avant la Seconde Guerre mondiale et aux Auto Union, DKW et NSU construites à partir de 1945. Concernant cette dernière marque, on trouve également une poignée de pièces destinées aux motos.

Opel, Porsche et Volkswagen sont aussi de la partie avec leurs sites respectifs : opel-classicparts.de, classicshop.porsche.com et volkswagen-classic-parts.de.

En ce qui concerne les modèles américains, l'offre de pièces détachées à destination des collectionnables est exclusivement le fait d'officines indépendantes que l'on trouve facilement en passant par un moteur de recherche et dont certaines ont une réputation bien établie. FCA se distingue en commercialisant, via mopar.com, des pièces produites par Classic Industries sous licence officielle.

Dans l'Hexagone, on a pris le train avec beaucoup de retard. Renault n'est (pour le moment ?) même pas encore monté à bord. En revanche, depuis 2 ans, PSA a pris conscience de l'importance de ce patrimoine et vend des pièces estampillées Citroën Heritage Classic et L'Aventure Peugeot Classic sur le site pieces-de-rechange-classic.com.

Autres absents de ce marché, les Italiens et les Japonais. Mais de nombreux spécialistes, souvent basés au Royaume-Uni, contrée favorable aux véhicules de collection, proposent les pièces nécessaires à la restauration et à l'entretien des modèles les plus courants.

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.