Dossier

2021 : année cruciale pour les constructeurs français

L'année qui s'annonce sera pleine de défis pour PSA et Renault. Il faudra, bien sûr, faire oublier la crise sans précédent connue en 2020 mais également porter de nouveaux dossiers vers le succès. Leur survie pourrait en dépendre.

Sommaire du dossier

2. PSA : une fusion à mener à bien

PSA : une fusion à mener à bien

publié le 8 décembre

Le gros dossier de l'année prochaine pour le principal groupe automobile français est de devenir Stellantis. Bien plus qu'un nouveau nom, ce changement concrétiserait la réussite de la fusion avec FCA (Fiat Chrysler Automobiles). Sur le papier, ces deux-là semblent parfaitement complémentaires. Fiat est en déliquescence sur le marché européen, principalement à cause d'une gamme vieillissante (la dernière nouveauté, si l'on excepte la 500 électrique, sans doute destinée à une carrière commerciale assez limitée, est la Tipo de 2015). Les best-sellers tels que la 500 thermique (2007) et la Panda (2012) sont plus que vieillissants et la marque ne propose même plus de citadine sur notre marché. Quant à la relance d'Alfa Romeo, il est impossible de dire que cela soit une réussite. En revanche, le n°1 italien est très en vue en Amérique latine, tandis que Chrysler et ses marques satellites (Dodge et Ram) sont bien implantés en Amérique du nord. Ne manquerait que la Chine à cette nouvelle entité pour faire un carton plein. Pour PSA, il s'agirait d'amortir encore plus rapidement les investissements, par exemple en proposant une nouvelle Punto (les prototypes effectueraient déjà des séances de roulage) et une 500X II sur la base des 208/2008. La technologie hybride rechargeable, disponible en 225, 300 et 360 ch, serait également une arme de poids pour les berlines et SUV Chrysler/Dodge. Sans compter que, pour son retour aux Etats-Unis, qui devrait être effectif d'ici à 2023, Peugeot pourrait s'appuyer sur un réseau très étendu. Les nouvelles sont assez prometteuses quant à la réussite de cette union, les deux groupes communiquant régulièrement sur l'avancée de leurs travaux. Ce qui n'est pas une mince affaire lorsque l'on se rappelle les coups bas que, dans des dossiers identiques, Fiat a fait à General Motors et Chrysler à Daimler-Benz. Il faudra toutefois régler le problème des utilitaires, l'Union Européenne ayant déjà signifié, qu'en l'état, Stellantis dominerait trop ce marché sur notre continent.

A lire aussi

D'autres projets doivent également être menés à bien l'année prochaine. L'un des plus urgents est de baisser les rejets de CO2 de l'ensemble de la gamme. Pour y parvenir, le 1.2 PureTech se convertira à la micro-hybridation, tandis que la 308 III, dont la présentation est prévue au printemps prochain, devrait compter une version hybride rechargeable dégonflée à 150 ch, donc plus abordable et une variante 100% électrique. Contrairement à ce que l'on trouve sur ses rares concurrentes, les Kia Ceed et Renault Mégane, la première ne serait pas réservée au break SW, prévu, lui, pour la toute fin de 2021, mais serait également disponible sous le capot de la berline.

Parmi les autres nouveautés de 2021, on trouvera également les Citroën C3 Aircross restylée et nouvelle C5, qui sera assemblée en Chine, la DS 4 II et les variantes PSE des Peugeot 208 et 2008.

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.