Dossier

Bien choisir ses pneus hiver

Alors que le mercure baisse continuellement depuis plusieurs semaines, le nombre de véhicules qui se voient chaussés de pneus adaptés aux conditions hivernales restent toujours très faible dans l'Hexagone. Ces gommes ont pourtant de réelles vertus une fois passé sous la barre de 7° C. A tel point que nous gouvernant pensent sérieusement à les rendre obligatoires. 2019 pourrait d'ailleurs représenter un premier pas en la matière.

Sommaire du dossier

4. Pneu hiver pour voitures de collection : un micro-marché

Pneu hiver pour voitures de collection : un micro-marché©D.R.

publié le 23 octobre

Utiliser son ancienne même lorsque la météo n'est guère clémente, cela n'a rien d'incongru pour nombre de propriétaires. Pour répondre à cette demande, certains manufacturiers n'hésitent pas à proposer une poignée de références adaptées à la saison froide.

A lire aussi

Lorsque l'on connait l'engouement de certains pays du nord de l'Europe pour les voitures de collection, l'existence de pneus spécialement développés pour permettra à ces autos de circuler durant les longs mois où la température passe sous la barre des 7° C ne surprend pas. Ce marché, inconnu du grand public, n'est pas délaissé par certains géants du secteur. Ainsi, Michelin propose notamment le X M+S 89, une référence développé pour la Citroën Méhari. D'autres agissent indirectement comme Continental qui commercialise certains modèles sous la marque Gislaved, une entreprise suédoise rachetée en 1992. Vredestein, pour sa part, semble avoir le choix de se concentrer sur les pneus cloutés. Concernent ces derniers, il est assez facile de trouver des références adaptées aux Youngtimers, mais, pour les modèles d'avant 1970, l'opération aura tout de la mission impossible.

La plus grosse partie de l'offre de pneus hiver pour voitures de collection est toutefois le fait de sociétés beaucoup plus discrètes. En effet, hormis les hyper spécialistes du secteur, qui connait Black-Star ou Fedima ? Malgré ce que pourrait laisser croire leurs noms, c'est bien la première qui est française tandis que la seconde est portugaise. Au lieu de produire des pneumatiques neufs, ces deux sociétés recyclent en réalité des gommes déjà utilisées. Une technique que l'on connait davantage sous le nom de rechapage et qui a quasiment disparu du marché, victime d'une mauvaise réputation qui n'a, aujourd'hui, plus de raison d'être. Si ces pneus sont peu ou pas distribués par les points de vente habituels, des sites spécialisés, tels que Pneucollection.com, présentent un éventail assez large.

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.