Dossier

Semi-conducteurs : une crise qui va durer

C'est une autre crise qui a cours depuis le début de l'année. Mais celle-ci ne touche que ceux qui s'intéressent de près au monde de l'automobile... ou qui sont en attente de leur voiture neuve. Mauvaise nouvelle, certains spécialistes du secteur prédisent qu'elle va se poursuivre encore pas mal de temps. Et pas question de compter sur un vaccin pour s'en sortir.

Sommaire du dossier

1. Petits mais indispensables

Petits mais indispensables©D.R.

publié le 14 septembre

D'un strict point de vue technique, un semi-conducteur est un matériau non-métallique qui mêle les caractéristiques électriques d'un isolant et d'un métal. En terme plus simple, c'est un corps qui conduit imparfaitement l'électricité.

A lire aussi

Cela ne vous parle toujours pas ? Et si l'on vous dit que le semi-conducteur le plus utilisé est le silicium ? Ce composé est, en effet, la base de toutes les puces électroniques, puces dont nos automobiles regorgent désormais. Et même si certains constructeurs ont décidé de limiter le nombre de ces puces à bord de leurs modèles (l'exemple de la deuxième génération de Peugeot 308, qui avait reçu un tableau de bord entièrement digital durant l'été 2020 mais qui, depuis quelques semaines, l'a abandonné et récupéré son précédent blog analogique, est sans doute celui qui a été le plus médiatisé), il leur est parfois difficile d'obtenir un nombre suffisant de composants électroniques pour tenir le rythme de production. Ainsi, Audi a retiré de la liste des équipements, qu'ils s'agissent d'équipements de série ou d'options, de la plupart de ses modèles le réglage électrique de la colonne de direction, le système de contrôle avancé de pression des pneumatiques, les dispositifs d'attelage et les Phone Box. Lorsque l'on sait qu'un modèle de milieu de gamme actuel a besoin de plus de micro-processeurs qu'un Airbus du début des années 1980, on comprend mieux l'ampleur du problème. En effet, de l'injection à la dépollution, en passant par les systèmes multimédia et de sécurité, rares sont les fonctions de nos autos à ne pas faire appel à une commande électronique et, donc, à un ou des micro-processeurs.

1 / 3

suivant

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.