Dossier

Les pièges des LOA et LLD

Adoptée depuis longtemps par nos cousins nord-américains et britanniques, la location automobile perce, enfin, dans l'Hexagone. Rouler en permanence dans une voiture neuve pour un loyer modéré, c'est, en effet, tentant... mais pas sans risques.

Sommaire du dossier

3. Pendant et après la location

Pendant et après la location©Stephane333

publié le 3 décembre

Surveillez votre compteur

A lire aussi

Chaque contrat de location prévoit un kilométrage maximum que doit avoir atteint la voiture le jour de la restitution. S'il est, le plus souvent, exprimé en kilométrage annuel, seul compte, en réalité, le cumul à terme. Rien ne vous empêche d'atteindre de chiffre en quelques mois puis de laisser la voiture sans rouler jusqu'à la date prévue pour le rendu. Mais si vous dépassez le kilométrage prévu, vous serez redevable de lourdes indemnités (de 0,30 € à 0,50 € par kilomètre en trop dans la plupart des cas).

Soyez sûr que vos besoins n'évolueront pas

Une fois le contrat de location signé, vous voilà liés avec une auto pendant plusieurs années. Si, en cours de contrat, celle-ci ne vous convient plus, mettre un terme à cet engagement peut vous coûter très cher. Bien sûr, il est possible de négocier avec votre bailleur mais, dans l'absolu, celui-ci est en droit de vous réclamer le paiement de tous les loyers encore dus. La LOA offre toutefois une porte de sortie dans pareille situation ; si le contrat a débuté il y a plus d'un an, vous êtes en droit de racheter la voiture, puis de la revendre par vous-même. Cette solution se révèle généralement moins désastreuse sur le plan financier.

Soyez maniaque

Lorsque vous rendrez la voiture, votre concessionnaire l'examinera dans le détail. Chaque rayure, bosse ou usure trop prononcée (par exemple, nombre de contrats indiquent qu'au jour de la restitution, les pneus ne doivent pas être usés à plus de 50%) vous seront facturés à des tarifs qui n'ont généralement rien d'amicaux. Si vous reprenez un véhicule de la même marque, n'hésitez pas à négocier : votre fidélité a un prix. Mais si vous ne voulez pas vous retrouver coincé et que, par exemple, votre voiture dort dans la rue, mieux vaut faire l'impasse sur ce type de contrat. Si, malgré toutes vos attentions, la voiture a été abîmée, n'hésitez pas, quelques jours avant la date de retour prévue, à faire faire un devis par un garage indépendant. Vous saurez ainsi si le montant de remise en état que vous indique cotre vendeur n'est pas gonflé. Le cas échéant, libre à vous de faire procéder aux réparations par le moins coûteux.

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.