Dossier

Le point sur le Diesel

Il y a quatre ans débutait le Dieselgate. Depuis, un peu partout sur la planète, le Diesel est montré du doigt. A en croire certains, il est même condamné à court terme. Ces derniers sont-ils allés trop vite en besogne ou utiliser ce type de véhicule est-il définitivement un choix perdant ?

Sommaire du dossier

1. Je t'aime, moi non plus

Je t'aime, moi non plus©D.R.

publié le 4 septembre

Depuis le pic de 2008, où quasiment 8 voitures neuves vendues en France sur 10 fonctionnaient au gasoil, les dCi, HDi et autres TDI n'ont cessé de perdre du terrain, commercialement parlant. Le Dieselgate, déclenché en septembre 2015, a, naturellement, accéléré le processus de reconquête de l'essence, mais également favorisé le développement, certes encore très timide, des carburants alternatifs. Aujourd'hui, ce sont à peine plus du tiers des ventes de neuf qui sont concernées par des motorisations Diesel. En occasion, le Diesel est toutefois bien plus vaillant, puisque sa part de marché est quasiment doublée.

A lire aussi

Si nier que celui qui reste le carburant préféré des Français (il représenté plus de ¾ des ventes dans l'Hexagone) perd du terrain serait nier la réalité, le Diesel semble toutefois opposer plus de résistance que ce que ses fossoyeurs prévoyaient. Voilà qui complique une situation déjà très alambiquée. Alors, que l'on soit possesseur d'une voiture Diesel, que l'on envisage de changer d'auto à court ou moyen terme ou, au contraire, que l'on espère pourvoir conserver l'actuelle le plus longtemps possible, quelle est la meilleure conduite à tenir ?

1 / 3

suivant

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.