Dossier

Bien choisir ses pneus hiver

Loin d'être entrés dans les mœurs, les pneus hiver ont pourtant une utilité avérée lorsque la température passe sous la barre des 7 degrés Celsius. Pourtant, seule une voiture sur cinq en est équipée. Voici donc nos conseils pour que vos trajets hivernaux se fassent avec la plus grande sécurité.

3. Faut-il rendre obligatoires les pneus hiver ?

Faut-il rendre obligatoires les pneus hiver ?©D.R.

publié le 18 octobre

Malgré les quelques hivers rudes que notre pays a connu ces dernières années, les automobilistes tricolores se laissent peu séduire par les pneus hiver. Environ une voiture sur cinq seulement les chausse à l'arrivée des grands froids. Une contrainte légale sera-t-elle nécessaire pour que leur utilisation se généralise ?

A lire aussi

Dès que la température extérieure passe sous la barre des 7°C, le pneu hiver affiche sa supériorité en matière de tenue de route, de freinage et de résistance à l'aquaplaning comparé à son homologue été. Durant la période qui va de novembre à mars, plus de la moitié du territoire métropolitain connaît des moyennes journalières inférieures à cette température. Aussi, alors que le Gouvernement prétend vouloir à tout prix baisser la mortalité sur les routes, rendre obligatoire ces gommes semble être une décision de bon sens.

PLUS EFFICACE QUE LE PASSAGE À 80 KM/H ?

Certains pays ont d'ailleurs sauté le pas depuis pas mal de temps : Estonie, Finlande, Lettonie, Slovénie, Suède... Là-bas, les pneus hiver sont obligatoires durant quelques mois de l'année (généralement de décembre à mars) ou, en dehors de ces périodes, lorsque les conditions sont considérées comme hivernales (neige, givre...). D'autres de nos voisins (Allemagne, Autriche, Croatie, Luxembourg, Norvège, Roumanie, Slovaquie, République tchèque...) limitent l'obligation aux conditions météo précitées, et ce quelle que soit la période de l'année. En gros, s'il se met à neiger au mois d'août à Oslo, vous n'aurez pas le droit de circuler si votre auto n'a pas les bons pneus. Outre-Rhin, ce n'est pas tant la législation qui se montre contraignante que les compagnies d'assurance. La plupart d'entre elles spécifient en effet dans leurs contrats que durant la période qui va d'octobre à mars, en cas d'accident survenu à une température inférieure à 7°C, leurs garanties ne s'appliquent pas si la voiture incriminée n'était pas chaussée de pneus neige. Durant ces quelques mois, toutes les voitures allemandes roulent donc avec de tels pneumatiques.

Dans notre pays, où l'automobile croule déjà sous les obligations en tout genre, il n'est pas question pour le moment d'envisager de rendre obligatoire l'emploi des pneus hiver sous certaines conditions ou à certaines dates. Seules quelques routes de montagne imposent par moment l'usage de ce type de gommes ou de chaînes pour les voitures chaussées été. S'il y a contrainte, elle pourrait donc venir, comme chez nos voisins allemands, des assureurs. A priori, aucune compagnie ou mutuelle n'envisage à ce jour une telle solution. Mais on peut imaginer par exemple que ces dernières offrent une réduction de prime aux automobilistes qui accepteraient d'utiliser des pneus hiver lorsque les conditions le réclament.

UN ARGUMENT SÉCURITAIRE

En attendant l'éventuel caractère obligatoire de ces pneus, quelques données permettent de comprendre l'intérêt de les utiliser. À 5°C, ils réduisent en moyenne les distances de freinage de 7 % par rapport à des pneus été. Sur route verglacée, à 30 km/h, le gain passe à 17 % (57 m contre 68 m). Attention, lorsque les températures redeviennent clémentes, les données s'inversent en faveur des pneus été. Il n'est donc pas question non plus d'utiliser des gommes hiver à la belle saison. Au final, jongler entre deux jeux de pneus induira un surcoût modéré car, pendant que vous roulez en pneus hiver, vos pneus été ne s'usent pas, et inversement. Il faudra juste prévoir l'achat de quatre jantes (environ 200 € pour quatre de 16 pouces), le coût du démontage/remontage deux fois par an (environ 50 €) et l'éventuel coût de stockage (environ 80 € à l'année). Quelques frais supplémentaires qui peuvent changer la donne en matière de sécurité.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.