Dossier

Voitures neuves : pourquoi l'audace ne paie pas ?

Trop banales nos voitures actuelles ? A en croire nombre d'automobilistes, les constructeurs ne sont, effectivement, guère portés sur l'originalité. A en voir les chiffres de ventes de la plupart des modèles qui « sortent des clous », on comprend pourquoi.

Sommaire du dossier

1. Des tentatives souvent couronnées... d'échec

publié le 16 février

« Ca ne marchera jamais ! » En 1997, Renault s'était fendu d'un spot publicitaire où, au travers de ce slogan répété à l'envie, la marque faisait un inventaire de ses modèles originaux qui ont connu un succès retentissant : 4L (1961), R16 (1965), R5 (1972), Formule 1 Turbo (1977), Espace (1984), Twingo (1993) et Mégane Scénic (1996). Aussi intelligent et ludique soit-il, ce spot fait toutefois l'impasse sur les nombreux modèles créatifs du constructeur au losange qui ont fait un flop : R14, Wind, Avantime, Vel Satis, Kangoo Be Bop... Naturellement, ce genre de loupé n'est pas réservé au Losange. Audi A2, Citroën C6, Fiat Multipla, Hyundai Veloster, Kia Opirus, Lancia Thesis, Mercedes Vaneo, Nissan Cube, Opel Signum, Peugeot 1007, Seat Toledo III, Smart Forfour I et II, Suzuki X90, Toyota iQ (et son clone, l'Aston Martin Cygnet), Volkswagen Coccinelle II... Des échecs, qui n'épargnent aucun constructeur, qui sont le plus souvent causés par des lignes originales, voire, dans la plupart des cas, jugées presque unanimement laides.

A lire aussi

Même par la magie des plateformes, développer et commercialiser un nouveau modèle coute cher. Et la période est plus aux investissements dans les motorisations les plus propres que dans celles de modèles qui feront parler. D'un point de vue comptable, le choix de proposer des voitures aux lignes classiques se tient donc parfaitement. Sauf que, nous le disions en préambule, la plupart des automobilistes se plaignent de la banalité des voitures actuelles. L'histoire du serpent qui se mord la queue ?

Chargement en cours
Audi A2
Audi A2
1/7
© D.R.

1 / 3

suivant

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.